Terrils Loos-en-Gohelle

Un entrepreneur de territoire dans le bassin houiller du Pas-de-Calais

Dossier : ExpressionsMagazine N°749 Novembre 2019
Par Jacques DENANTES (49)

Nous avons déjà rencontré un entrepreneur de territoire qui avait revitalisé le bassin d’emploi de Romans dans l’Isère, sinistré par la délocalisation des industries de la chaussure (J & R n° 730, décembre 2017). C’est ici l’histoire d’un maire, Jean-François Caron, qui a revitalisé sa ville, Loos-en-Gohelle, une cité minière du Pas-de-Calais, sinistrée par la fermeture des Houillères en 1990. Pour raconter cette histoire, j’utiliserai le compte rendu de la conférence qu’il a donnée à l’École de Paris du management (EPM) et aussi un livre que m’a remis le service d’accueil de la mairie lors d’une visite à Loos.

 

Jean-François Caron, maire de Loos-en-Gohelle

Voici ce que dit Jean-François Caron de la fin des Houillères à Loos-en-Gohelle : « Nous sommes le fruit d’un siècle et demi d’exploitation minière intensive du bassin minier où des kilomètres de galeries ont été creusées, certaines jusqu’à mille mètres de profondeur et ce, sous les pieds d’une population très dense. »

Les Houillères, ces microsociétés

Les villes ont généralement été construites autour des puits et n’ont pas de véritable centre. La Société des mines était très encadrée. Les Houillères possédaient tout, maternités, stades, églises, logements, associations, sécurité sociale… Les économats des Houillères permettaient aux familles de s’approvisionner grâce à des carnets, le montant des achats étant directement retenu sur le salaire du mineur. L’encadrement était poussé à un point tel qu’un mineur était passible de retenues sur son salaire s’il n’entretenait pas son jardin, activité jugée salutaire puisque lui évitant d’être au bistrot ou au syndicat.

Vue de Loos-en-Gohelle, ancienne cité minière du Pas-de-Calais

La fin d’un monde

Avec la fermeture des mines, le bassin a perdu 220 000 emplois, d’où un chômage considérable malgré les transferts industriels. Mal remise de la tutelle des Houillères, la population avait un immense problème d’image de soi. Le métier de mineur avait été un fleuron de l’activité ouvrière, avec sa mythologie. Avec la fin de l’activité charbonnière, cette image a été oubliée et les habitants du bassin houiller sont devenus massivement chômeurs dans une région en voie de sous-développement.

L’empreinte des Houillères

Il était resté des séquelles sur le terrain ; les terrils et, au pied des terrils, le carreau de la fosse 11/19 avec le chevalement du puits 11, la tour d’extraction en béton du puits 19 et les bureaux. L’urbanisation était celle des cités minières, une sorte de banlieue de lotissements maisons individuelles autour du carreau de la fosse. « À Loos-en-Gohelle où neuf sites étaient naguère en activité, le sol de la commune a baissé de quinze mètres suite aux affaissements miniers. Les ruisseaux coulent à contresens et les points bas ne cessent de changer, ce qui crée des problèmes pour l’assainissement. »

L’engagement de Jean-François Caron

Élu conseiller régional en 1992, il est devenu maire de Loos-en-Gohelle, succédant à son père en 2001. La qualité de son écoute, le dynamisme de sa gestion et le sens qu’il a su donner à son action lui ont valu une grande popularité ; en 2008, il a été réélu avec 82,1 % des suffrages. Remarquable orateur, sa réputation a dépassé les limites de la région Nord. Il travaille avec Jeremy Rifkin, un spécialiste américain de la prospective économique et scientifique. Présentée par ce dernier comme « ville des solutions », Loos a été sélectionnée pour une visite de terrain de la conférence Cop 21 qui s’est tenue à Paris en 2015. Un TGV devait amener à Loos cinq cents congressistes du monde entier. Malheureusement les attentats du 13 novembre 2015 ont contraint les autorités à annuler cette visite que la ville avait soigneusement préparée. Quand il présente son action à Loos, Jean-François Caron se réfère à trois priorités qui sont l’implication des habitants, la valorisation du passé minier et le développement durable.

Connectez-vous pour lire la suite.
Se connecter S’enregistrer