L’épopée de l’énergie nucléaire

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°624 Avril 2007Par : Paul REUSS (60)Rédacteur : Laurent TURPIN, directeur de l’Institut national des Sciences et Techniques nucléaires, CEA-SaclayEditeur : EDP Sciences - 2007 - 17, avenue du Hoggar, Parc d’activités de Courtabœuf, BP 112, 91944 Les Ulis cedex A

Paul Reuss publie chez EDP Sciences un ouvrage de la collection du Génie atomique, L’épopée de l’énergie nucléaire – une histoire scientifique et industrielle. Un ouvrage à la fois concis et complet, mais pour paraphraser Tchekhov la concision est bien ici la sœur du talent. Le plan adopté est résolument pédagogique, démarrant des prémices c’est-à-dire les laboratoires de recherche du début du XXe siècle, plaçant en charnière le tournant que représente le dernier conflit mondial avec la genèse de ce qui allait devenir le « complexe militaro-industriel », s’achevant sur la maturité et les perspectives de l’énergie nucléaire, devenue une industrie « presque comme les autres », désormais source de bien-être tout autant que de controverses.

Cet ouvrage fait la part belle à la simplicité, simplicité de l’écriture, fluidité du propos, sobriété de l’illustration. Il repose cependant sur une documentation quasi encyclopédique, et ne laisse aucune zone d’ombre. Sa lecture attentive procure une vision équilibrée de cette épopée devenue industrielle, mais, pour qui veut bien s’en donner la peine, ouvre vers une réflexion d’une grande profondeur.

Tout d’abord, Paul Reuss nous rappelle que ce domaine du nucléaire industriel conserve à jamais un lien consubstantiel avec une connaissance scientifique de haut niveau. En d’autres termes, que les prémices du nucléaire, construites par certains des plus grands noms de la physique, sont toujours présentes et qu’elles doivent le rester. Cette connaissance de l’intimité de la matière doit, de plus, faire l’objet d’une synthèse au sein des objets complexes que sont les réacteurs : synthèse de la neutronique, de la mécanique, de la science des matériaux, de la simulation numérique. Conçus à partir d’approximations et de paramétrages géniaux, les premiers réacteurs ont ainsi évolué, grâce notamment aux moyens de calcul et à la simulation, vers une conception de plus en plus rigoureuse ; mais il n’empêche, comprendre un tant soit peu les concepts prioritaires du forum Génération IV passe par sinon une compréhension, du moins une connaissance préalable, des travaux de Fermi ou de Joliot.

Cette richesse scientifique du nucléaire, toujours sous-jacente aux réalisations industrielles, ou encore aux analyses de sûreté, motive certes la passion de certains, mais aussi l’inquiétude d’autres. Les concepts physiques à l’œuvre, les sciences de l’ingénieur utilisées dans la conception et la construction des centrales, et même au delà dans les industries du cycle, restent ésotériques pour le grand public, même à l’issue d’études secondaires scientifiques, voire supérieures, aux cours desquelles ces concepts ne sont presque jamais abordés. Dans son ouvrage, Paul Reuss s’applique à les rendre accessibles au plus grand nombre, certes au prix d’un effort, mais avec sincérité et simplicité. Il ne passe rien sous silence, et notamment les liens possibles entre les activités civiles et militaires : quelle illustration des grands titres de l’actualité d’aujourd’hui !

Sans autre fin apparente que d’être didactique, L’épopée de l’énergie nucléaire de Paul Reuss ouvre une fenêtre humaniste sur le monde qui nous entoure, nous expliquant simplement comment cette épopée était inévitable, comment elle porterait sa charge de passions et parfois de craintes, de tensions et d’affrontements, et comment elle allait contribuer à dessiner durablement le monde contemporain.

Poster un commentaire