Le binet X-Europe à l’Ecole

Dossier : L'EuropeMagazine N°586 Juin/Juillet 2003
Par Aurélien TIGNOL (01)

Susciter un intérêt et une prise de conscience sur la construction européenne et participer à l’émergence d’une communauté d’étudiants européens : tels sont les objectifs que le binet X-Europe s’est fixés. Né à l’automne 2002 suite à une proposition du groupe X-Europe, il a survécu à l’élection d’une partie de ses membres à la Kès grâce à un renouvellement de bonnes volontés.

Il s’agit certes d’une prolongation au niveau étudiant de l’activité du groupe X-Europe mais aussi d’un binet indépendant et à part entière. À nous de savoir profiter de cette ambivalence originale : tirer partie de l’expérience et des connaissances de nos aînés, en essayant également de participer à leurs activités et de préparer avec eux le futur tout en vivant notre propre aventure dans le milieu étudiant.

Une approche pédagogique et informative…

Je commencerai par évoquer le second point, assurément le plus difficile. Ce binet a ceci de particulier qu’il n’est ni ludique ni festif. On le comprend aisément, aller parler de la construction européenne après les cours n’est pas forcément un acte étudiant spontané. Le défi n’en est que plus intéressant. Un des principaux souhaits des membres du binet était d’en savoir plus sur l’Europe, sa construction, son fonctionnement, son avenir.

En conjecturant que cette demande devait être celle d’un certain nombre d’élèves, nous avons orienté la partie pédagogique de notre action dans trois directions :

  • tout d’abord, combler un manque évident : il n’y avait aucun séminaire (cycle de cours et de conférences) sur l’Europe parmi ceux proposés aux élèves par le département d’Humanités et Sciences sociales. Grâce à la bonne volonté de ce dernier, un tel séminaire devrait voir le jour à la rentrée prochaine avec une approche historique du sujet, mais posant aussi la donne du jeu actuel des institutions ;
  • organiser ensuite des conférences. Pour qu’elles réunissent le maximum d’élèves, nous avons décidé de faire appel, bien que cela puisse s’avérer plus difficile et nécessiter plus de temps, à des intervenants susceptibles de déplacer les foules par leur notoriété. Nos recherches ont commencé, et nous espérons qu’elles rencontreront un écho favorable ;
  • enfin, pour rapprocher le binet des élèves, nous avons souhaité mettre en place des séances d’informations régulières sur des sujets précis. Organisées et menées par des élèves, nous nous tournerons, lorsque la complexité des sujets se sera accrue, vers de « plus grands spécialistes ».

… dans un souci constant d’ouverture sur l’espace européen…

Cependant, par la nature même du sujet qui nous occupe, nous ne souhaitons pas rester repliés sur la communauté polytechnicienne. C’est pourquoi notre second objectif est de participer à l’émergence d’un réseau d’associations étudiantes autour d’un projet commun, objectif qui se veut constructif, vivace et durable. Nous souhaitons en poser les bases pour nos successeurs en espérant qu’il ne restera pas dans le domaine de l’utopie. Nous croyons en effet que les échanges et les contacts interculturels rendront l’idée d’Europe plus préhensible aux jeunes générations. Peut- être pourrons-nous aider à développer un sentiment d’appartenance à une même communauté de destin, peut-être pourrons-nous croire en une Europe unie dans sa diversité ?

… et à travers une coopération entre les générations

J’évoquais précédemment une ambivalence originale. Le binet X-Europe est attaché par son nom même à l’association « d’anciens » polytechniciens présentée dans ce numéro par son fondateur. Cette relation s’articule à différents niveaux : des liens étroits entre les deux structures, des soutiens réciproques aux différentes actions menées et des projets communs.

Le binet est ainsi représenté au niveau du conseil de l’association et ses membres sont inscrits à la mailing list X-Europe qui a pour but, outre de faciliter la communication entre les membres, de faciliter l’émergence d’un réseau polytechnicien à l’échelle européenne. De plus, l’appartenance au binet X-Europe doit se voir comme le début d’un engagement en faveur ou au service de la construction européenne, engagement pouvant prendre différentes formes dont celle de la poursuite des activités d’X-Europe.

Les deux structures s’avèrent ensuite tout à fait complémentaires. Par leur expérience, leur savoir et le suivi qu’ils mènent des travaux de la Convention sur l’avenir de l’Europe, les membres de l’association contribuent à la découverte de la construction européenne par les membres du binet. Le binet offre, quant à lui, un relais efficace en permettant notamment aux sondages publiés sur le site xeurosite.polytechnique.org de toucher un plus grand nombre de personnes.

Nous avons décidé d’aller plus loin en mettant ensemble sur pied un cycle de conférences, organisé à l’École, et qui fera intervenir d’anciens X, travaillant dans différents secteurs d’activité et dont la carrière a une dimension européenne. Un tel cycle doit permettre aux élèves de découvrir de l’intérieur le caractère concret de la communauté européenne et d’apercevoir avec un angle d’approche différent les enjeux auxquels le futur ingénieur sera confronté.

Le binet s’est fixé à courte échéance des buts qui peuvent sembler ambitieux pour une si petite structure. Cependant, le défi européen était lui aussi une utopie ambitieuse à sa naissance ; mille petits pas lui ont fait voir le jour.

Conscients que, demain, l’environnement dans lequel nos camarades et nous-mêmes seront amenés à prendre des décisions sera modelé à Bruxelles plus qu’à Paris, nous espérons sensibiliser le plus grand nombre à l’intérêt qu’il faut prêter aux décisions et problématiques communautaires, de peur qu’à en ignorer les ressorts, ils ne refusent d’être acteurs de leur futur.

Poster un commentaire