La mondialisation La destruction des emplois et de la croissance

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°600 Décembre 2004Par : Professeur Maurice Allais (31), Prix Nobel de sciences économiquesRédacteur : JR

Cinq ans après sa parution, cet ouvrage du professeur Maurice Allais, prix Nobel de Sciences économiques, se révèle d’une brûlante actualité ! En effet, les délocalisations qu’il prédisait sont devenues malheureusement monnaie courante en 2004.

La politique de l’OMC est, selon l’auteur, fondée sur une interprétation et une application erronées de théories économiques justes.

Il en résulte :

  • qu’une libéralisation des échanges et des mouvements de capitaux n’est souhaitable qu’à l’intérieur d’ensembles régionaux groupant des pays économiquement et politiquement associés et de développement économique et social comparable ;
  • qu’il convient de tenir compte de ces éléments à la fois dans les textes fondamentaux de l’Union européenne et dans ceux de l’OMC.

Bien que, et surtout parce que, les conclusions de notre illustre camarade ne coïncident pas avec les idées reçues aujourd’hui – c’est une litote – il importe de prendre conscience des erreurs conceptuelles qu’il met en évidence.

Dans la mesure où ces erreurs peuvent avoir des conséquences très négatives pour l’avenir de notre pays et de notre continent, il y a lieu de mettre tout en oeuvre pour faire prendre conscience aux pouvoirs publics des réorientations indispensables de leur politique.

Poster un commentaire