John Williams : Concert de Gala à Vienne

John Williams : Concert de Gala à Vienne

Dossier : Arts, lettres et sciencesMagazine N°759 Novembre 2020
Par Marc DARMON (83)

Orchestre Philharmonique de Vienne, Anne-Sophie Mutter, violon
1 DVD ou 1 Blu-Ray Deutsche Grammophon

 

John Williams : Concert de Gala à VienneHollywood à Vienne ! John Williams, le plus classique des compositeurs de musique de film américain, dirige sa musique dans le temple du classicisme avec l’orchestre peut être le plus emblématique de la culture occidentale.

L’Orchestre philharmonique de Vienne, vieux de près de deux cents ans, joue toujours en habit dans une des plus belles salles du monde âgée de cent cinquante ans, et est l’âme du célèbre Opéra de Vienne. Il se laisse diriger pour ce concert par un saltimbanque de quatre-vingt-sept ans dont la joie d’être là est communicative. « C’est un rêve pour moi », dit-il.

John Williams dirige également la grande violoniste Anne-Sophie Mutter, très poussée dans sa jeunesse par Karajan. C’est le grand pianiste, chef d’orchestre et compositeur André Previn, qui a partagé le même professeur avec Williams et qui fut l’époux d’Anne-Sophie Mutter, qui les a présentés. Décédé un an avant ce concert, c’est aussi André Previn qui en avait été à l’initiative.

 

« L’Orchestre philharmonique de Vienne dirigé
par un saltimbanque de quatre-vingt-sept ans. »

 

On a déjà décrit ici en février 2019 comment John Williams a été inspiré par Wagner, son orchestration et ses leitmotivs, ces thèmes adaptés aux personnages, situations et sentiments. Il y a par exemple une cinquantaine de leitmotivs tout au long de la saga Star Wars. Dans l’interview croisé avec Anne-Sophie Mutter, John Williams reconnaît ce qu’il doit aux compositeurs européens venus composer pour Hollywood : Korngold, Waxman, Tiomkin, tous imprégnés de wagnérisme.

Ce concert de mi-janvier 2020 est également paru cette année en disque compact, mais tronqué du fait du format, alors que le DVD permet de profiter du concert intégral de vingt morceaux, et notamment d’une dizaine de morceaux accompagnés par Anne-Sophie Mutter au violon. Nous avons donc droit aux pièces choisies de Harry Potter, Star Wars, E.T., Rencontre du troisième type, Tintin, Jurassic Park, Indiana Jones, La Liste de Schindler

Mutter nous dit être généralement impressionnée quand le compositeur dirige, mais elle est ce soir-là formidable. Dans Harry Potter, la violoniste joue une cadence avec de nombreux thèmes du film. Dans Les Sorcières d’Eastwick, elle nous fait sentir la démence de Jack Nicholson, Michelle Pfeiffer, Susan Sarandon et Cher. Le son chaud de l’orchestre de Vienne donne à ces musiques de film une apparence de classicisme, ce qu’elles méritent tant elles sont devenues des classiques et des piliers de la culture musicale.

En bis, La Marche impériale de Star Wars, qui n’était pas prévue mais qui a été ajoutée lors des répétitions à la demande des cuivres du Philharmonique de Vienne. Comme elle n’était pas annoncée sur le programme, la surprise et le plaisir des spectateurs sont très visibles.

 


Retrouvez toutes les chroniques Musique en image de Marc Darmon

Poster un commentaire