Couverture du livre : Imaging the Cheops Pyramid

Imaging the Cheops Pyramid

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°674 Avril 2012Par : H.D. Bui (57) Rédacteur : Pierre PERRIER, Académie des sciences et Académie des technologies Nat. Academy of Engineering (USA)Editeur : Springer – 2011

Voici un livre qui montre combien les chercheurs peuvent apporter d’intelligence nouvelle à la résolution d’énigmes archéologiques semblant inaccessibles sauf à détruire les monuments antiques pour les analyser.

Car on peut aujourd’hui bénéficier des progrès récents des capteurs extrêmes et des moyens de l’analyse numérique traitant de multiples mesures non intrusives bien choisies. Encore faut-il réunir les meilleurs experts et praticiens des technologies associées pour résoudre une énigme sur un chantier immense du passé. En fait on cherche à évaluer le champ des matériaux internes inaccessibles par leur seule variation de densité mais induisant des distorsions à la surface de la pyramide des intensités de la pesanteur.

Le livre raconte l’aventure humaine de la mise en oeuvre des mesures et les calculs faits par une équipe pluridisciplinaire réunie pour travailler au plus faible coût mais au maximum de l’intelligence du problème. On verra comment près de la surface furent détectées les rampes internes de construction mais près du cœur de l’ouvrage des vides possibles échappèrent au traitement de ce problème inverse instable dès que les irrégularités des matériaux réunis du granit au sable et aux interstices non remplis se révélèrent trop fortes loin des parois extérieures seules accessibles.

Une belle aventure et de belles découvertes d’une équipe réunissant des enseignants de Polytechnique, des ingénieurs d’EDF et des spécialistes de l’étude non intrusive des sols et même des spécialistes de conception assistée par ordinateur proposant leurs outils géométriques de maillage de l'espace. Ce livre aidera les lecteurs à comprendre comment de telles équipes peuvent apporter une compréhension fine de problèmes complexes.

L’auteur nous donne une vision précise des composantes humaines technologiques et scientifiques ayant permis cette «percée» archéologique transposable à d’autres problèmes semblant insolubles à coût raisonnable.

NDLR : notre camarade Bui Huy-Duong (57) est le premier Français d’origine vietnamienne, membre de l’Académie des sciences.
www.academie-sciences.fr/academie/membre/Bui_Huy_Duong.htm

Poster un commentaire