Étymologie de la haute fonction publique de l’État

Étymologie :
À propos de la haute fonction publique de l’État

Dossier : La Haute fonction publique de l'ÉtatMagazine N°776 Juin 2022
Par Pierre AVENAS (X65)

L’énoncé de ce thème comporte quatre mots d’apparence anodine, mais deux d’entre eux soulèvent des questions étymologiques plus compliquées qu’il n’y paraît. C’est d’abord le cas de l’adjectif public, puis du mot fonction, et de son dérivé fonctionnaire.

Une double origine latine du mot public ?

À l’origine c’est l’ensemble des citoyens en âge de combattre que désignait à Rome le latin populus, ou sa forme archaïque poplus, d’où l’ancien adjectif poplicus, devenu publicus avec une évolution surprenante vers l’initiale pub-. Selon le linguiste Benveniste (article de 1955), cette évolution s’est produite sous l’influence du latin pubes « les pubères », désignant la classe des hommes adultes aptes à la guerre et à la politique. Par la suite, le sens de populus s’est élargi, jusqu’à l’ensemble du peuple, publicus devenant « relatif au peuple, à l’État », d’où public.

Ainsi, l’organisation sociale des Anciens se voit sous les noms du public et de la république (res publica) qui, au regard du droit de vote, est toujours l’affaire des adultes et n’était encore que celle des hommes adultes en France il y a moins d’un siècle !

Du latin functio au français fonction

Dans le verbe latin fungi « accomplir (une tâche), remplir (une mission) », l’idée qui prévaut est celle de terminer l’action, idée s’appliquant aussi en bas latin au sens d’« achever (une destinée), mourir ». De fungi, au participe passé functus, dérive le latin functio « accomplissement, exécution (d’une action) », ou aussi en bas latin « la fin de toute chose ». Cette dernière signification subsiste en français dans défunt, venant du verbe defungi, defunctus, où le préfixe de– accentue la notion de séparation. En droit, un bien est dit fongible s’il peut être consommé jusqu’à sa possible disparition (comme une somme d’argent).

Le latin functio aboutit au français fonction en changeant de sens : on passe de la notion d’achever une tâche, à celle d’assurer continûment une tâche en renouvellement permanent, la fonction devenant le rôle rempli par un élément dans un ensemble, comme c’est le cas pour une fonction mathématique, grammaticale, physiologique, chimique… ou économique : les agents économiques exercent des fonctions, tant dans le domaine public que dans le domaine privé.

De fonction à fonctionnaire

En latin classique, functio n’a pas de dérivés alors qu’en français de fonction viennent fonctionner, fonctionnement, fonctionnel… ainsi que fonctionnaire, attesté en 1770 dans un écrit de Turgot, alors futur ministre de Louis XVI. Plus précisément, Turgot nomme « fonctionnaires publics » ceux qui sont chargés de fonctions publiques, comme s’il y avait aussi des fonctionnaires privés, et le Dictionnaire de l’Académie (5e édition, 1798) entérine le néologisme : fonctionnaire « celui ou celle qui remplit une fonction ». Cependant, l’usage a progressivement réservé le mot fonctionnaire au domaine public, pour arriver à la définition actuelle : fonctionnaire « personne qui remplit une fonction publique, en particulier une fonction de l’État ».

Ainsi on peut être salarié et donc exercer une fonction aussi bien dans le privé que dans le public, mais on ne peut être fonctionnaire que dans le public !

Épilogue

La haute fonction publique est exercée par des hauts fonctionnaires, dont il est désormais inutile de préciser qu’ils sont publics et qui, étant situés en haut de la hiérarchie, sont qualifiés de hauts, selon une figure de rhétorique déjà employée par les Grecs, l’hypallage.

Poster un commentaire