Doudart de Lagrée (X 1842)

Dossier : Arts, Lettres et SciencesMagazine N°537 Septembre 1998Par : Bernadette et Bernard CHOVELON

Les Presses Universitaires de Grenoble viennent de publier la biographie d’une grande figure de l’École polytechnique : Ernest Doudart de Lagrée (1823-1868). Figure oubliée de nos jours mais pourtant connue par tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la marine française et se souviennent de l’aviso-escorteur Doudart de Lagrée.

Reçu au concours d’entrée en 1842, Doudart de Lagrée passa ses examens de sortie en octobre 1845, contraint de faire une troisième année comme élève libre. Cette sanction individuelle sévère et rare venait à la suite d’un licenciement collectif de l’École entre août et novembre 1844, en raison du conflit qui l’opposait au gouvernement de Louis-Philippe dans le cadre de l’affaire Pritchard développée dans cet ouvrage.

Dans la première partie de sa vie, Doudart de Lagrée a participé à la guerre de Crimée. Des extraits très vivants de lettres inédites, écrites à bord des bateaux sur lesquels il servait, ont permis aux auteurs de faire revivre des épisodes peu connus de cette page de l’Histoire.

Dans une deuxième partie, les auteurs ont puisé une documentation importante aux Archives de la France d’outre-Mer. C’est là qu’ils ont découvert le rôle important qu’avait eu Doudart de Lagrée dans la mise en place du Protectorat français au Cambodge.

Ils ont étudié en particulier les négociations subtiles et difficiles entre la France et le roi Norodom, la correspondance entre Doudart de Lagrée et l’amiral de La Grandière et finalement l’aboutissement de ce protectorat.

La dernière partie du livre nous fait revivre la prodigieuse aventure de l’expédition du Mékong. Doudart de Lagrée était le chef de la commission qui espérait, par le Mékong, pouvoir établir des relations commerciales entre le Cambodge et la Chine, en passant par le Laos et la Birmanie.

Doudart de Lagrée ne vit pas la fin de cette expédition follement périlleuse mais passionnante, commencée par la remontée du Mékong et terminée à pied dans les hautes montagnes chinoises dans de terribles conditions de souffrances et de misère. Il mourut en cours de route dans un petit village du Yunnan alors que ses compagnons continuaient l’expédition.

Ce livre d’une lecture facile nous plonge au coeur de la grande Histoire, en passant par les ruines d’Angkor, les villages du Cambodge, du Laos et du sud de la Chine, les visites aux rois ou aux mandarins de ces régions, etc.

Les auteurs du livre, Bernard et Bernadette Chovelon, tous deux universitaires, ont eu à coeur de faire revivre cette figure attachante dans un récit vif, rempli d’anecdotes amusantes, piquantes ou tragiques aux couleurs de l’Asie.

Le livre sur Doudart de Lagrée est en vente dans les librairies. On peut également le consulter à la Bibliothèque de l’École. À lire et à offrir à vos amis qui s’intéressent au Cambodge, au Mékong et à tous les problèmes asiatiques.

Poster un commentaire