» Dix ans de défi derrière le décor « 

Dossier : L'équipe du Forum socialMagazine N°643
Par Jean-Marc CHABANAS (58)

Les pères fondateurs, Jacques Gallois (45), Jacques Denantes (49) et Dominique Moyen (57), dorénavant assistés par Michel Berry (63), se retrouvent régulièrement pour donner corps à la rubrique  » Forum social, l’envers du décor  » qui figure régulièrement au sommaire de La Jaune et la Rouge.

Déclics
Jacques GALLOIS :

J’ai eu la chance de rencontrer au bon moment le père Joseph Wresinski, créateur d’ATD Quart Monde, dont l’objectif est d’éradiquer la pauvreté et la misère, tout en insistant sur le fait qu’il ne s’agit pas d’assister, mais de promouvoir.
Jacques DENANTES :
J’ai découvert la gravité du problème de l’échec qui, dans le fonctionnement actuel du système scolaire, met en situation de handicapés sociaux environ 15 % des jeunes d’une classe d’âge.
Dominique MOYEN :
J’ai connu l’Abbé Pierre et j’ai eu la chance de travailler pour une fédération de communautés d’Emmaüs. Ma femme, après la mission de lutte contre la drogue, est chargée de mission auprès du tribunal pour enfants de Paris.
Michel BERRY :
J’ai découvert le chômage à travers l’expérience d’un cadre supérieur, confronté à une situation absurde lui interdisant de travailler, même bénévolement.


Jacques Gallois

Experts et militants

C’est à Jacques Gallois que revient l’idée.  » En juin 1998, explique-t-il, un petit groupe que j’animais a organisé à l’École un colloque sur l’exclusion. Nous avons eu l’appui du général Novacq (67), qui commandait l’École, et nous avons travaillé avec des élèves qui avaient effectué un service civil dans la police, l’Éducation nationale, des prisons, des quartiers défavorisés, ou encore Emmaüs. Nous avons publié en octobre 1998 leurs témoignages dans un numéro spécial de La Jaune et la Rouge sur le thème de l’exclusion sociale.  »

 » C’est en novembre 2001 qu’est née la rubrique  » Forum Social – L’envers du décor  » dans le cadre de laquelle, mandatés par François Ailleret, qui présidait l’AX, nous abordons les thèmes de l’exclusion sociale et des moyens de la prévenir par l’éducation. Pour le choix des thèmes, nous avons souvent eu recours aux travaux de l’École de Paris du management, fondée par Michel Berry, qui a finalement rejoint notre petit groupe.  » 

Initiatives sociales


Michel Berry

L’École de Paris, précise Michel Berry, diffuse régulièrement des réflexions avancées sur la gestion. Plusieurs fois par an, elle invite quelques personnalités ayant connu des expériences remarquables (voir en page 78). Parmi les sujets traités, nous nous sommes intéressés au chômage, aux initiatives sociales, aux expériences menées dans les banlieues difficiles, dans le cadre de séminaires plus particulièrement consacrés aux  » vies collectives « . Nous rédigeons après chaque séance un compte rendu d’une dizaine de pages, diffusé dans notre journal et sur notre site Internet. Certains de ces comptes rendus sont traduits en anglais.

Nous avons déjà tenu 150 séances de ce séminaire (l’École de Paris ayant organisé plus de 800 séances avec les autres séminaires). Beaucoup ont été reprises, sous forme condensée, dans la rubrique de La Jaune et la Rouge.  » 


> Dominique Moyen et Jacques Denantes

Talents à récupérer

 » La rubrique s’est progressivement focalisée vers l’éducation, explique Dominique Moyen. C’est ainsi que, faisant suite à l’Assemblée générale de l’AX, nous avons organisé en juin dernier un colloque sur le thème de la ségrégation sociale dans l’accès aux grandes écoles, problème qui est récemment passé au premier plan de l’actualité. Nous comptons accentuer encore notre regard sur le fonctionnement du système éducatif. Notre préoccupation est d’assurer par l’égalité des chances la cohésion sociale du pays, mais aussi d’améliorer le rendement économique en promouvant une société capable de valoriser sa ressource humaine dans toute sa diversité.  »

Dominique Moyen est ancien président d’une fédération d’associations d’Emmaüs, dont la première communauté a été créée en 1949 par l’Abbé Pierre (voir page suivante). Le mouvement compte aujourd’hui une branche économie sociale et insertion.  » J’ai rencontré à Emmaüs des gens de toutes sortes avec un point commun : des qualités humaines exceptionnelles.  »

La réussite et l’échec scolaires

Après avoir travaillé dans la Coopération, puis dans l’aménagement urbain, Jacques Denantes s’est trouvé confronté au problème de l’insertion sociale et professionnelle des jeunes terminant leur scolarité en situation d’échec.  » J’ai découvert l’enjeu qui s’attache à la réussite scolaire et aussi les conditions de sa détermination par le milieu social et notamment sa corrélation avec le niveau d’instruction des parents. Cela m’a incité à lancer une recherche sur les possibilités d’une seconde chance ouverte aux adultes après la fin de leur scolarité : j’ai soutenu en 2003 une thèse sur les difficultés de mise en oeuvre de la formation continue dans les universités. Actuellement, tout en participant à une opération d’accompagnement d’élèves en difficulté dans un collège de ZEP, je mène une recherche sur l’échec scolaire.  »

Lutter contre l’exclusion par le système éducatif

À l’occasion de la dernière Assemblée générale de l’AX et du colloque sur la Lutte contre l’exclusion par le système éducatif, il a été imprimé un recueil des articles publiés de novembre 2001 à avril 2008 dans la rubrique «Forum social, l’envers du décor ».
Quelques exemplaires sont encore disponibles sur demande à La Jaune et la Rouge.

Propos recueillis par Jean-Marc Chabanas (58)

Poster un commentaire