Brain-storming chez DevCSI

Des applications métiers sur mesure pour des entreprises plus performantes

Dossier : Dossier FFEMagazine N°734 Avril 2018
Par Abdelilah SANIF

Pouvez-vous nous présenter DevCSI et nous en dire plus sur votre cœur de métier ?

DevC­SI a vu le jour en 2009 et s’est posi­tion­né sur le méti­er du développe­ment de logi­ciel et d’application métiers sur mesure. En effet, DevC­SI est né d’un con­stat : quand une entre­prise a besoin d’une solu­tion logi­cielle, même si elle dis­pose du bud­get néces­saire à son développe­ment, elle va avoir ten­dance à se tourn­er vers une solu­tion disponible sur le marché en rai­son, notam­ment, de la durée exces­sive des développe­ments spécifiques. 

En effet, alors qu’il fal­lait autre­fois entre 2 et 3 ans pour dévelop­per un logi­ciel, les pre­miers mod­ules sont aujourd’hui disponibles dès 3 mois après le lance­ment du projet. 

DevC­SI per­met ain­si aux entre­pris­es, quelle que soit leur taille, de con­cevoir leurs pro­pres solu­tions en s’appuyant sur les dernières tech­nolo­gies et ten­dances digitales. 

Plus par­ti­c­ulière­ment, nous tra­vail­lons beau­coup avec le monde du trans­port et de la logis­tique, des secteurs d’activité qui ont un fort besoin de dig­i­talis­er leurs opéra­tions et leurs process. Par exem­ple, pour la SNCF, nous avons tra­vail­lé sur la mise en place d’une solu­tion de Base d’Analyse du Sou­tien Logis­tique (BASL) per­me­t­tant la ges­tion, la cap­i­tal­i­sa­tion et l’optimisation des plans de main­te­nance du matériel roulant. 

Jusque-là, la SNCF util­i­sait des sys­tèmes d’intégration de logi­ciel édités par les grands noms du secteur. Il s’agit d’une défor­ma­tion, un détourne­ment du pro­duit, alors qu’il existe une véri­ta­ble valeur ajoutée pour l’entreprise à créer et dévelop­per ses pro­pres outils. 

Aujourd’hui, quels sont les atouts d’une application métier sur mesure pour les entreprises ?
Comment les accompagnez- vous à ce niveau ?

Nous met­tons notre exper­tise tech­nique au ser­vice de la vision méti­er de nos clients afin de créer l’application qui réponde à leurs exi­gences métiers. Nous con­cevons avec nos clients des out­ils qui vont venir s’intégrer par­faite­ment avec leur sys­tème d’information et leurs process métiers. 

C’est une véri­ta­ble démarche de co-con­cep­tion : de la déf­i­ni­tion du besoin au déploiement de la solu­tion, nous les accom­pa­gnons à chaque étape afin d’obtenir une solu­tion entière­ment per­son­nal­isée. Nous aimons dire que ce sont des solu­tions pen­sées et conçues par nos clients pour leur pro­pre utilisation. 

Con­crète­ment, nous par­tons d’une feuille blanche et nous deman­dons à nos clients de nous dessin­er ce dont ils ont besoin, ce qu’ils veu­lent, com­ment ils imag­i­nent leur application. 

Nous prenons le soin de choisir des util­isa­teurs référents qui vont représen­ter toutes les généra­tions d’employés afin d’avoir des feed­backs les plus per­ti­nents pos­si­ble. Cette réflex­ion col­lec­tive per­met très sou­vent de faire ressor­tir des élé­ments aux­quels nous n’aurions pas for­cé­ment pensé. 

D’un point de vue ergonomique et user expe­ri­ence, par­tir d’une feuille blanche per­met d’optimiser les emplace­ments et de hiérar­chis­er les fonc­tion­nal­ités en nous bas­ant sur le vécu des per­son­nes qui vont être amenées à utilis­er les solutions. 

Quelles sont les contraintes que vous rencontrez dans cette démarche ?

Le prin­ci­pal enjeu est de créer une rela­tion de con­fi­ance avec nos clients. En effet, parce que nous n’avons pas de logi­ciels stan­dards à présen­ter, il est par­fois dif­fi­cile pour nos clients de se pro­jeter et la péri­ode qui va précéder le pre­mier livrable peut s’avérer assez com­plexe. C’est générale­ment cette phase d’incertitude qui pousse de nom­breuses entre­pris­es à se tourn­er vers une solu­tion exis­tante, même si elle n’est pas for­cé­ment des­tinée à leur secteur d’activité.

Toute­fois, grâce à notre écoute, notre dynamisme et notre agilité, nous arrivons à faire face à ces freins et à accom­pa­g­n­er effi­cace­ment nos clients dans leurs projets. 

Pouvez-vous nous donner des exemples de projets que vous avez menés et déployés ?

Nous avons dévelop­pé une appli­ca­tion méti­er per­me­t­tant la mod­éli­sa­tion des coûts de main­te­nance d’un sys­tème com­plexe (type train, avion par exem­ple). Quand on sait que le coût d’acquisition d’un tel sys­tème ne représente que 20 à 30 % de son coût glob­al de pos­ses­sion, on com­prend qu’il est indis­pens­able de se con­cen­tr­er sur les coûts de main­te­nance qui représen­tent l’autre partie. 

Travail en collaboration chez DevCSIOut­re la maîtrise des coûts, cette solu­tion per­met égale­ment de met­tre en œuvre une pro­jec­tion avec des sim­u­la­tions sur des dizaines d’années selon plusieurs scé­narii de main­te­nance. Cela per­met de les con­fron­ter virtuelle­ment et ain­si, via un proces­sus itératif, de choisir la meilleure des organ­i­sa­tions à met­tre en œuvre. 

Dans le domaine fer­rovi­aire, nous avons égale­ment tra­vail­lé sur un pro­jet de traça­bil­ité des réser­voirs d’essence. En effet, au niveau de la sta­tion-ser­vice, il y avait une réelle prob­lé­ma­tique con­cer­nant la fac­tura­tion et l’identification de l’entité qui réal­i­sait le plein. 

Nous avons donc mis en place une solu­tion de traça­bil­ité avec un iden­ti­fi­ant unique pour chaque réser­voir per­me­t­tant d’avoir une meilleure vis­i­bil­ité en ter­mes de fac­tura­tion. Au niveau du sys­tème mécanique de la pompe, si le réser­voir n’est pas iden­ti­fié, il n’y a pas de dis­tri­b­u­tion d’essence.

Lors d’une séance de tra­vail col­lab­o­ratif, nous avons dévelop­pé une inter­face « glove friend­ly » per­me­t­tant aux employés qui por­tent des gants dans le cadre de leur fonc­tion d’avoir une meilleure expéri­ence d’utilisation.

Comment les nouvelles technologies impactent-elles votre positionnement ?
Comment vous adaptez-vous ?

Même si nous ne pou­vons pas maîtris­er toutes les tech­nolo­gies, il est impératif d’être dans une logique de veille et de bench­mark con­stant pour pou­voir accom­pa­g­n­er et con­seiller nos clients sur le volet tech­nologique de manière pertinente. 

En effet, nous enten­dons par­ler de plusieurs nou­velles tech­nolo­gies (par exem­ple l’internet des objets, la blockchain, etc.), mais toutes ne sont pas for­cé­ment adap­tées aux besoins de nos clients. L’enjeu pour nous est donc de s’orienter vers une tech­nolo­gie qui offrira à nos clients une solu­tion robuste, fiable et pérenne. 

La veille tech­nologique va donc nous per­me­t­tre de fil­tr­er les effets de modes et d’identifier les tech­nolo­gies émer­gentes qui pour­ront véri­ta­ble­ment aider nos clients à dig­i­talis­er leurs process. 

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Depuis notre créa­tion, nous col­laborons régulière­ment avec la SNCF. Nous avons dévelop­pé une véri­ta­ble exper­tise dans le domaine de la dig­i­tal­i­sa­tion ferroviaire. 

EN BREF

  • Création en 2009
  • Une dizaine de collaborateurs
  • Un chiffre d’affaires de plus de 500 000 euros

Avec l’ouverture du marché fer­rovi­aire à la con­cur­rence, nous souhaitons nous posi­tion­ner comme un four­nisseur de solu­tions dig­i­tales sur-mesure pour les acteurs de ce secteur. 

En effet, à tra­vers notre expéri­ence, nous avons acquis une véri­ta­ble con­nais­sance des process métiers qui nous per­met d’offrir à la fois une exper­tise tech­nologique, mais aus­si une con­nais­sance de la réal­ité indus­trielle. Nous voulons pou­voir met­tre à dis­po­si­tion ce savoir et cette exper­tise à d’autres acteurs de ce marché foisonnant.
 

Page de publicité pour DevCSI

Poster un commentaire