Magazine N°686 Juin/Juillet 2013 - Expressions
  • Dernier magazine (735)
  • Magazine de l'article (686)
Par Jérôme CAMILLERAPP

Articles du Dossier

Par Alexandre MOATTI (78)
Par Jérôme CAMILLERAPP
Par François-Xavier MARTIN (63)
Par Jean ESTIN
Par Laura CARRÈRE (96)
Par Diane DESSALLES-MARTIN (76)
Par Ariane CHAZEL (90)
Par Dominique MOYEN (57)

Xavier CAMILLERAPP (39) : Un aveugle au service de la lumière

Xavier Camillerapp est reçu à l’X en 1939. Quelques mois plus tard, la Seconde Guerre mondiale fait basculer sa vie : il devient aveugle.
Malgré ce handicap, il sort dans le corps des Mines et, très vite, rejoint la société familiale qui fabrique des ampoules électriques. Il en prend les rênes en 1954 et en fait une société de pointe dans la fabrication d’ampoules à usages spéciaux.

Xavier Camillerapp (39)
Sculpter sa vie
Xavier Camillerapp disparaît le 6 janvier 2013. Signe des temps, la presse locale n’en dira pas un mot. En 2003, il avait raconté sa vie dans un ouvrage publié à titre privé. Son titre? Sculpter sa vie.

Xavier Camillerapp est né le 9 mai 1919 dans une famille d’entrepreneurs. Après des études aux lycées Franklin et Janson-de-Sailly (Paris), il voulait être sculpteur. Son père lui dit : «Fais Polytechnique, tu verras après », et Xavier entre à l’X en 1939.

La déclaration de guerre en septembre va tout bouleverser. Redirigé vers l’école d’Artillerie de Fontainebleau puis intégré comme sous-lieutenant dans le 322e RATTT (régiment d’artillerie tractée tout-terrain), Xavier sera blessé le 19 mai 1940 sur le front. Laissé pour mort, il perdra notamment la vue et l’odorat. Il a tout juste vingt et un ans.

Tiers de major

Il n’intègre donc l’École polytechnique qu’en 1941. Sa promotion a été divisée en trois groupes. Il sort major de son groupe en 1943 et se définira plus tard comme «tiers de major ». Cette année-là, il épouse Geneviève Clogenson, fille de Georges Clogenson (1898-1985, X1917, colonel d’artillerie, qui fut un temps inspecteur des études à l’École polytechnique), avec qui il aura cinq enfants et élèvera un sixième, son neveu.

Maurice Allais lui octroie le prix annuel d’économie

Il intègre alors l’École des mines où il apprécie particulièrement le cours d’économie de Maurice Allais qui lui octroie du reste le prix annuel d’économie. Il débute sa carrière professionnelle au Conseil général des mines, comme secrétaire du Conseil. En 1947, il rejoint la société familiale SIALE, dont il devient P-DG, de 1954 jusqu’à sa vente en 1981.

Participer à la vie de la cité

Sa soif d’activité le conduit à de multiples engagements. De 1959 à 1983, il est conseiller municipal de Rouen. Très longtemps à la commission de la circulation, Xavier devient ainsi un spécialiste de la circulation dans la ville, dont il finit par connaître les noms de rues et le plan mieux que quiconque.

En avril 1963, avec Georges Jasseron et Claude Bébéar (55), il crée une association d’aide aux harkis, l’AMFRA, qu’il préside jusqu’en 2008. Avec eux et d’autres, Xavier mènera un combat de tous les jours pour aider ceux qui se retrouvent sans rien au sortir de la guerre d’Algérie.

Reçu en 1969 à l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Rouen, il présidera de nombreuses associations, des Aveugles de guerre à la société d’entraide de la Légion d’honneur en passant par l’Union des groupements d’ingénieurs de Haute- Normandie, qu’il crée en 1967.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.