Magazine N°613 Mars 2006 - De l'école
  • Dernier magazine (736)
  • Magazine de l'article (613)
Par Collectif POLYDÉES

Articles du Dossier

Par Philippe CLAUS
Par Claude THELOT (65)
Par Claude LELIEVRE
Par Pierre-André PÉRISSOL (66)
Par Luc FERRY
et Catherine LACRONIQUE
Par Philippe CLAUS
Par François DUBET
Par René-Pierre HALTER
Par Catherine LACRONIQUE
Par Bernard TOUTLEMONDE
Par Alain BOISSINOT
et Catherine LACRONIQUE
Par Jean-Claude EMIN
Par Antoine WARNIER (61)
Par Yves QUÉRÉ
Par Alexandre MOATTI (78)
Par Gilbert CASTELLANET (52)
Par Collectif POLYDÉES

Témoignages et réflexions sur l'éducation par les instituteurs de l'école publique primaire

Quelques membres du groupe Polydées se sont réunis pour débattre sur l'école et ses progrès souhaitables. Nous étions accompagnés d'Isabelle, épouse de l'un d'entre nous, et surtout professeur des écoles (institutrice) dans une classe de CE1 dans le Val-d'Oise (95). Notre discussion s'est concentrée sur l'école primaire et plus particulièrement l'enseignement dans les zones difficiles.

Nous pensons que le problème n'est pas tant pour les enseignants de savoir ce qu'ils devraient faire (en créant des groupes de progrès, des cercles de qualité ou en étoffant leur hiérarchie), que de leur donner les moyens de le faire ; lorsqu'on parle aux professeurs de ces zones difficiles, on constate d'abord qu'une grande solidarité existe entre eux (c'est pour eux une question de survie), ensuite que des pédagogies modernes et novatrices y sont appliquées, et que les méthodes à employer pour améliorer les résultats dans les classes sont connues : faire certaines activités en petits groupes, suivre de plus près les élèves les plus récalcitrants, adapter les approches selon les individus, avoir recours au soutien de psychologues ou de spécialistes, etc., méthodes qui malheureusement ne sont pas compatibles avec le nombre et la nature des élèves dans chaque classe.

Car on a beau s'intéresser au sujet, on a beau être conscient du défi que représente l'enseignement dans un ghetto de banlieue, on n'imagine pas ce que peut y être le quotidien d'un instituteur d'aujourd'hui, ni à quel point les élèves peuvent y être difficiles et exiger une grande attention.

Les statistiques à ce sujet sont à la fois passionnantes et réductrices. Sur le site de l'Éducation nationale, (http://evace26.education.gouv.fr/) on trouvera les résultats des évaluations qui sont faites en début de CE2 et de sixième. Ces évaluations, qui sont nationales et communes à toutes les écoles, y compris dans leur déroulement (temps imparti, présentation des consignes, etc.), sont en place depuis 1989, et s'intéressent à l'acquisition des compétences en français et en mathématiques. Elles sont un outil très puissant de diagnostic et de progrès.

Pour l'apprentissage du français, les résultats des évaluations 2005 à l'entrée en sixième sont donnés dans le tableau 1.

Tableau 1
Score moyen "Connaissance, reconnaissance des mots"
(items 1 à 7, 14, 37 à 39)
6,84/11 62,19%
Score moyen "Compréhension, réception"
(items 8 à 13, 15 à 19, 23 à 25, 28, 30, 35, 36, 40 à 48)
16,06; 59,49%
Score moyen "Production de textes"
(items 20 à 22, 26, 27, 29, 31 à 34, 49 à 57)
10,42/19 54,82%
Score moyen global
(items 1 à 57)
33,32/57 58,45%

 
Une étude a été faite pour tenter de comparer les résultats des évaluations de 1997 avec ceux du certificat d'études de 1920 (sachant qu'à l'époque seuls 50 % des élèves le passaient, les autres entrant directement dans la vie active), et on est loin de constater en moyenne la grande catastrophe annoncée.


Ces mêmes évaluations sont également analysées statistiquement selon divers critères, par exemple le type d'établissement fréquenté, ou l'origine sociale des élèves (tableau 2).  

Tableau 2
Établissement fréquenté Score moyen sur 100
Collèges publics de ZEP 52,82
Collèges publics de ZEP-REP 53,43
Collèges publics hors ZEP-REP 59,34
Collèges publics 58,20
Collèges privés sous contrat avec l'État 59,34
Catégories socioprofessionnelles Score moyen sur 100
Cadres et professions libérales 68,13
Professions intermédiaires 62,66
Agriculteurs exploitants 56,79
Employés 57,87
Artisans, commerçants 58,73
Ouvriers 53,58
Inactifs 51,21

 
Les ZEP et les REP sont des Zones et Réseaux d'éducation prioritaires (par exemple Garges-lès-Gonesse, Les Mureaux...), créées au début des années quatre-vingt pour "donner plus à ceux qui ont moins". Dans les faits, l'effort s'est limité à faire passer le nombre moyen d'élèves par classe de 28 à 24, à mettre un professeur de plus par école, et à octroyer généreusement 1 000 € de prime par an aux professeurs, ce qui semble bien mince.

Alors que l'écart par origine sociale est très important, l'écart moyen entre ZEP et non ZEP semble finalement moins élevé que ce à quoi l'on aurait pu s'attendre, tout d'abord parce que le classement en ZEP ou non montre des lacunes, mais c'est surtout qu'il faut ne pas s'en tenir qu'aux moyennes, et s'intéresser aux cas particuliers.

Si l'on prend l'exemple de l'école où travaille notre invitée Isabelle, qui n'est pas en ZEP mais est située au cœur de zones d'habitation HLM, on constatera qu'au-delà des moyennes il y a de très fortes disparités (N. B. : il n'est pas permis de donner les résultats d'une école isolée, pour éviter des dérives évidentes), et de nombreux cas qui requièrent des traitements très personnalisés.

On trouve dans ces classes :

• des élèves qui refusent de travailler,
• des élèves pour qui le français est une langue étrangère,
• des élèves qui sans cesse remettent en cause les règles et l'adulte,
• des élèves qui se battent en classe et dans la cour,
• un élève qui frappe son professeur,
• des parents qui insultent et menacent les professeurs,
• des élèves qui font la loi chez eux.

Pour ces élèves, l'école n'est plus un gage de réussite : ils ont l'exemple de leurs parents chômeurs, de leurs frères "dealers", de la délinquance, de l'autorité déchue...

Mais pour autant l'école continue à avoir un rôle non seulement éducatif, mais aussi, et plus que jamais, social, car lorsque ni la famille ni l'environnement social ne concourent à l'intégration et à l'apprentissage des règles de vie en société, l'école devient l'ultime rempart avant la chute. L'école, alors, pour faire face à une mission accrue, dans un environnement plus difficile, est obligée de s'adapter sans cesse. Si, à l'origine, l'égalité des chances signifiait la même éducation pour tous, cette même égalité des chances implique aujourd'hui une éducation beaucoup plus soutenue et personnalisée dans les zones difficiles, et donc en premier lieu une forte augmentation du nombre d'enseignants, d'assistants, de psychologues, et d'intervenants divers.

Certes, les professeurs auront toujours à progresser, à améliorer leurs méthodes, à suivre des formations, et on peut à juste titre regretter que le système actuel de notation et de promotion des professeurs fasse que les moins expérimentés se retrouvent dans les classes les plus difficiles, les moins demandées. Mais ces améliorations seront toujours peu de choses en regard du travail à faire : lorsque l'on veut vraiment aller plus vite, il ne faut pas se contenter de marcher en allongeant le pas, à un moment donné, il faut se mettre à courir.

Jean Delacroix (45)
Alain Schlumberger (48)
Charles-Michel Marle (53)
Jean-Pierre Loisel (58)
Denis Oulés (64)
Olivier de Vriendt (83)
Marc Flender (92)

 Polydées : http://www.polytechnique.net/Polydees/asso.php,
 

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.