Magazine N°623 Mars 2007 - Arts, Lettres et Sciences
  • Dernier magazine (739)
  • Magazine de l'article (623)
Par François Pairault
Rédacteur Jean Langlet, président de l’Association Les Amis de l’Ardenne

Articles du Dossier

Accès libre
Nous autres, modernes 0
Par Alain Finkielkraut
Rédacteur : Jean-Claude Godard (56)
Par André Danzin (39), Jean-Loup Feltz et Jacques Masurel
Rédacteur : M. D. Indjoudjian (41)
Par André Turcat (40)
Rédacteur : Jacques Bouttes (52)
Accès libre
Trop de pétrole ! 0
Par Henri Prévot (64), ingénieur général des Mines
Rédacteur : Hubert Lévy-Lambert (53), président de X-Sursaut
Par André Chieng (73)
Rédacteur : Jacques Bertrand (77)
Par Marc Défourneaux (57)
Rédacteur : La JR
Accès libre
Madame Monge 0
Par François Pairault
Rédacteur : Jean Langlet, président de l’Association Les Amis de l’Ardenne
Accès libre
Délit de fuites 0
Par J.-C. Islert, dans une mise en scène de J.-L. Moreau
Rédacteur : Philippe Oblin (46)
Accès libre
À travers le temps 0
Rédacteur : Jean Salmona (56)
Par Orchestre Philharmonique de Vienne, J. Carreras, Claudio Abbado
Rédacteur : Marc Darmon (83)

Madame Monge

comtesse de Péluse (1747-1846)

La vie de cette Ardennaise, née Marie-Catherine Huart, n’avait jamais été évoquée. En devenant l’épouse de Gaspard Monge, le fondateur de l’École polytechnique, elle connut un destin exceptionnel grâce à la fabuleuse carrière parcourue par son mari sous la Révolution et plus encore sous l’Empire.

Cette épouse exemplaire, mère et grand-mère remarquable, ne se contenta pas de vivre dans l’ombre de son époux ; elle se révéla une femme d’affaires étonnante, sachant gérer les biens et assurer la fortune de sa famille. Adepte fervente et passionnée des idées nouvelles et des grandes libertés adoptées par la Révolution, cette féministe avant la lettre fut véritablement la conscience politique du ménage.

À la Restauration et après la mort de Monge, en 1818, la comtesse de Péluse affronta avec fermeté et courage son destin et elle se fit la gardienne des idéaux révolutionnaires, entretenant le flambeau de l’Empire dans la société parisienne, à l’instar des vieux grognards de Napoléon. Persuadée que la Révolution reviendrait un jour, que le souffle de 1789 emporterait de nouveau la France parce que le pouvoir monarchique ne pouvait s’opposer au mécontentement grandissant de l’opinion et à l’évolution de la société française, elle entretint cet espoir autour d’elle jusqu’à sa mort, en février 1846, à l’âge de 99 ans.

Deux ans presque jour pour jour après son décès, la révolution de 1848 fit disparaître à jamais les familles régnantes de France et assura le triomphe des idées démocratiques ; quelques mois plus tard, le retour d’un Bonaparte à la tête de l’État lui serait apparu comme l’heureuse conclusion du combat mené par son mari durant toute sa vie.

 

F. Pairault est également l’auteur d’une biographie : Gaspard Monge, le fondateur de l’École polytechnique, éditions Tallandier, 2000. Quelques exemplaires restent disponibles à l’adresse ci-dessus.

 

 

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.