Magazine N°740 Décembre 2018 - Arts, Lettres et Sciences
  • Dernier magazine (740)
  • Magazine de l'article (740)
Par Bernard Meunier
Rédacteur Gérard Fuchs (58)
Editeur CNRS Éditions

Articles du Dossier

Rédacteur : Marc Darmon (83)
Rédacteur : Jean Salmona (56)
Par Bernard Meunier
Rédacteur : Gérard Fuchs (58)
Par Philippe Herzog (59)
Rédacteur : Laurent Daniel (96)
Accès libre
Bison qui rit 0
Par Christian Marbach (56) Illustrations de Claude Gondard (65)
Rédacteur : Charles-Henri Pin (56)

L’homme oublié du canal de Panama

Adolphe Godin de Lépinay

L'homme oublié du canal de Panama Bernard MeunierAprès un début un peu long, le lecteur rentre dans le sujet, qui mérite intérêt à plusieurs titres. D’abord il s’agit d’une carrière de polytechnicien (promo 1840) qui sort de l’ordinaire. Il n’était pas donné à tous les ingénieurs de l’époque de partir construire des voies de chemin de fer en Algérie, en Savoie (tout juste annexée) et surtout au Mexique, où les aventures du Second Empire se terminèrent comme on sait ! Mais toutes ces expériences furent essentielles dans le conflit qui l’opposera plus tard à Ferdinand de Lesseps à propos de la nature du canal de Panama : canal au niveau de la mer comme le proposait F. de Lesseps, fort de sa réussite à Suez, ou canal à écluses comme il le proposait lui. Ensuite le livre apporte une description intéressante de ce que fut l’industrialisation de la France dans la deuxième moitié du xixe siècle : entre 1850 et 1875, le réseau ferré de notre pays passe de 3 000 à 25 000 kilomètres, au point que de bons esprits envisagent la disparition des routes ! Les techniques agricoles se modernisent, les techniques financières aussi. Mais le point le plus intéressant de ce livre, qui se veut travail de réhabilitation d’un homme, est la description des relations entre les mondes des ingénieurs, des politiques et des financiers. Les ingénieurs se battent pour la reconnaissance du réel : Panama n’est pas Suez, la pluviométrie est extrême, transformant les torrents en fleuves et favorisant les éboulements ; les maladies tropicales sont terrifiantes. Il y a les politiques, marqués par la défaite de 1870 et à la recherche de projets grandioses qui restaureraient notre grandeur. Il y a enfin les financiers, intéressés par un projet séduisant, mais assez fins pour se dégager à temps quand l’affaire risque de tourner mal.

Adolphe Godin de Lépinay mourra en janvier 1889. La Compagnie du canal de Panama sera déclarée en faillite en février. Ferdinand de Lesseps et son fils seront condamnés à cinq ans de prison. Des millions d’épargnants perdront 1,4 milliard de francs. Repris par les Américains dans sa version « à écluses », le canal de Panama sera inauguré le 15 août 1914. La France aura alors d’autres préoccupations… 

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.