Magazine N°735 Mai 2018 - L'École polytechnique
  • Dernier magazine (735)
  • Magazine de l'article (735)

Jacques N. BIOT (71)

Président de l’École polytechnique

Articles du Dossier

Par la direction de l’École polytechnique
Par Jacques N. BIOT (71)
Par l’École polytechnique
Accès libre
Cycle ingénieur 0
Par Dominique ROSSIN (94)
Accès libre
Bachelor 0
Par Shaun CAVALIERE
Accès libre
Graduate degree 0
Par Anne CHRÉTIEN
Accès libre
Master 0
Par Alexandra BELUS
Accès libre
Doctorat 0
Par Alexandra BELUS
Accès libre
E-Learning 0
Par Éric VANTROEYEN
Accès libre
Executive Master 0
Par Opal FRITZ-NICHOLLS
Accès libre
Executive Education 0
Par Tatiana DEFRANCE
Par Benoît DEVEAUD (71)
Par Chloé AUBISSE-DANIAULT
Par Sébastien BARNIER
Par François BOUCHET (86)
Par Pierre AVENAS (65)

Interview de Jacques BIOT

À la suite du rapport Attali, l’École a actualisé sa stratégie et dispose maintenant d’une feuille de route qui lui permet de s’inscrire dans un ensemble universitaire comparable aux meilleurs dans le monde. Jacques Biot décrit et commente cette stratégie.

Quelle vision stratégique l’École polytechnique suit-elle aujourd’hui ?

La vision stratégique de l’X reste en ligne avec celle du Comité de salut public qui fonde l’École en 1794, pour mettre les découvertes du siècle des Lumières au service de la Nation assiégée.

Aujourd’hui, c’est toute la planète qui est menacée par des défis économiques, environnementaux, sanitaires et sécuritaires considérables, et notre credo repose donc, plus que jamais, sur l’innovation scientifique et technologique comme moteur de la prospérité.

À ce propos, comment l’X participe-t-elle à l’avenir de la société ?

L’École se place aux sources de la nouvelle politique industrielle française en fécondant les domaines d’avenir par la recherche, et par la formation d’innovateurs et de pionniers dans tous les secteurs.

“Des accords avec une quinzaine de partenaires stratégiques qui nous reconnaissent comme leurs pairs”

La science, élément moteur de la transformation de la société, fait partie intégrante de l’ADN de l’X, qui n’est pas seulement une école mais d’abord un puissant centre de recherche, allié très étroitement aux organismes nationaux que sont le CNRS, le CEA, ou l’Inria.

Notre contrat avec les chercheurs vise à les laisser libres d’explorer les frontières ultimes de la connaissance, tout en leur demandant d’imaginer les applications que peuvent avoir leurs résultats pour l’humanité. Nous ne faisons pas de distinguo entre recherche fondamentale et recherche appliquée.

Cette quête de l’excellence fondamentale combinée à une démarche applicative se déploie notamment dans les domaines traditionnels de leadership de l’X, avec bien sûr une place capitale pour les mathématiques, l’informatique, les lasers, la mécanique des fluides, l’énergie et le climat, l’économie, la santé et même le sport de haut niveau.

REPÈRES

Le contrat d’objectifs et de performance 2017-2021, fruit de six mois de travaux menés conjointement par l’X, ses tutelles et les différentes parties prenantes sur la base des préconisations du rapport Attali rendu public en juin 2015, accompagné d’une subvention exceptionnelle de 60 M€ du ministère de la Défense sur cinq ans, permet à l’X, tout en consolidant le cursus polytechnicien, de renforcer sa recherche, avec des recrutements de chercheurs de stature mondiale, et d’élargir son offre de formation avec la création de diplômes d’établissement alignés sur le modèle international.
Il amplifie la stratégie déjà bien établie d’internationalisation et d’ouverture à l’entrepreneuriat, et vise à accroître la part des ressources propres dans le financement de l’École pour lui permettre d’accélérer sa croissance face à la compétition des meilleures universités mondiales de sciences et technologies.

Comment cette vision se décline-t-elle au niveau de la formation ?

La possibilité de produire des connaissances dans notre centre de recherche nous permet d’attirer les meilleurs enseignants-chercheurs à travers le monde, et ainsi de recruter les étudiants les plus brillants. Ainsi, l’X maintient et internationalise son cycle ingénieur au plus haut niveau, et poursuit et amplifie le développement de nouveaux programmes internationaux sélectifs, notamment dans les domaines en forte croissance tels que l’intelligence artificielle, les data sciences, la transition énergétique, l’économie, la cybersécurité ou l’Internet des objets.

L’École garantit à ses étudiantes et étudiants une excellente employabilité dans des carrières attractives et variées, et se place ainsi comme un acteur majeur de l’innovation dans le domaine des technologies de rupture.

Attentive à l’intérêt général grâce à sa tradition militaire et à son engagement humaniste, l’X contribue à la prospérité humaine par ses découvertes, par la formation des élites et par leurs initiatives créatrices de valeur et d’emploi.

Où en est le projet entrepreneurial de l’École ?

Au-delà de sa contribution à nos formations, la recherche issue de nos laboratoires participe également à la montée en puissance de notre projet entrepreneurial.

Signature d’un accord international entre l’École polytechnique et l’École polytechnique fédérale de Lausanne (l’EPFL)
Signature d’un accord international entre l’École polytechnique et l’École polytechnique fédérale de Lausanne (l’EPFL), le 16 avril 2015, en présence de la Présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga, et du Président de la République française, François Hollande.

Car, à travers son accélérateur et son incubateur, l’École polytechnique affiche toujours plus sa volonté d’accompagner les projets à forte valeur ajoutée technologique répondant aux grandes attentes sociétales telles que la santé, la sécurité ou l’économie.

Depuis le lancement du Drahi - X Novation Center en 2015, bâtiment regroupant en un lieu unique tout l’écosystème nécessaire aux entrepreneurs pour monter leur projet, 35 start-up ont été accélérées, 46 incubées, 250 projets ont été développés dans les locaux et un réseau de plus de 450 entrepreneurs gravite aujourd’hui autour de l’accélérateur X-Up.

Les moyens technologiques et scientifiques mis à disposition des start-up accélérées, notamment l’espace de prototypage et la proximité des 23 laboratoires de l’X, sont autant d’atouts porteurs pour le développement de start-up high-tech.

Autre signe du succès de l’écosystème entrepreneurial de l’École, quatre start-up ont réalisé des levées de fonds de plus de 10 M€ en 2017 et les industriels viennent désormais s’établir au contact direct de nos jeunes pousses. Dans les années à venir, l’X continuera à développer de manière dynamique la culture expérimentale et entrepreneuriale au sein du campus, la formation à la mise en oeuvre de projets innovants, et l’accompagnement des initiatives des étudiantes et des étudiants, des chercheuses et chercheurs et des partenaires des laboratoires de l’École.

La croissance dans ce domaine se poursuivra avec la montée en puissance de l’accélérateur, à raison d’une quinzaine de projets tous les six mois, et de l’incubateur. L’X vise à créer, dans les dix prochaines années, plusieurs licornes issues de son écosystème.

Comment l’X devient-elle une grande école internationale ?

S’appuyant sur la création des nouveaux diplômes alignés sur le modèle international, l’X continue d’enrichir le contenu des accords de partenariat passés avec une quinzaine de partenaires stratégiques qui nous reconnaissent comme leurs pairs : Caltech, le MIT, Berkeley, Columbia, l’EPFL, l’ETH Zürich, la TUM, Todai, Tsing-hua, Beida, Shanghai Jiao Tong, le Technion, l’Université hébraïque de Jérusalem, le Weizmann Institute, et quelques universités asiatiques en plein essor.

Un appui fort du Conseil

« Dans le cadre de la gouvernance moderne mise en place en 2013, nous tenons à rendre hommage aux administrateurs pour leur clairvoyance, indique Jacques Biot, le président de l’École polytechnique.
Le conseil d’administration a soutenu et accompagné toutes les grandes décisions relatives à la stratégie de l’École. »

L’École développe, avec ces derniers, des doubles diplômes et des échanges scientifiques et académiques structurants sur le modèle du partenariat « Alliance » en vigueur avec Columbia. Notre ambition étant d’élargir toujours davantage le cycle polytechnicien aux élèves internationaux, cent quarante places sont désormais ouvertes pour le concours international. En ce sens, un effort de grande ampleur a été engagé auprès des pays africains afin de soutenir l’émergence ou la consolidation des classes préparatoires locales et de formations professionnalisantes en Côte d’Ivoire, au Maroc, au Sénégal et en Guinée.

En sens inverse, les polytechniciens sont acceptés avec ferveur dans les plus grandes universités internationales et plus de 200 d’entre eux effectuent leur 4e année de spécialisation à l’étranger. Nos nouveaux programmes de masters et de bachelors en langue anglaise nous permettent également d’aborder avec succès l’Afrique anglophone dont le potentiel est considérable, et ont par ailleurs largement ouvert l’X à des étudiantes et étudiants issus du monde anglo-saxon et d’Europe du Nord.

Notre programme Gaspard Monge Visiting professors nous permet d’encourager et de développer nos collaborations scientifiques avec nos partenaires académiques internationaux. Grâce à ce programme, des chercheurs de renommée mondiale sont invités par leurs homologues de l’X à séjourner plusieurs mois sur le campus pour partager leurs connaissances à travers des cours pour les étudiants, des summer schools ou des conférences.

Ils sont également conviés pour échanger sur un projet de recherche avec les chercheurs de l’École. Globalement, notre stratégie permet de positionner l’École à la 16e place du top 150 des universités les plus internationales au monde du Times Higher Education 2017.

Comment l’X se place-t-elle dans le projet des deux pôles universitaires à Saclay ?

un accord international entre l’X le CNRS et NAIST (Nara Institute of Science and Technology, Japan)
Le 3 février 2016, Jacques Biot, président de l’École polytechnique et Naotake Ogasawara, président de NAIST, signaient un accord international entre l’X le CNRS et NAIST (Nara Institute of Science and Technology, Japan).

Lors de sa visite sur le plateau de Saclay le 25 octobre 2017, le Président de la République, Emmanuel Macron, a acté la constitution d’un ensemble universitaire d’excellence composé de deux pôles : l’Université Paris- Saclay d’une part, et un regroupement, autour de l’X, d’établissements du quartier de l’École polytechnique d’autre part. Cette alliance, qui regroupe à ce jour l’X, l’ENSTA ParisTech, l’ENSAE, Télécom ParisTech et Télécom SudParis, et qui est provisoirement désignée sous le nom de code de NewUni, a été approuvée par le conseil d’administration de l’École polytechnique en novembre 2017.

Pour faciliter et accélérer la mise en place du regroupement, le président émérite de Caltech, Jean-Lou Chameau, été chargé par le gouvernement de piloter les actions nécessaires à la concrétisation du pôle NewUni. Cette décision, prise en plein accord et en concertation avec l’X, les écoles concernées et leurs tutelles, nous réjouit.

Jean-Lou Chameau possède en effet une expérience et une autorité morale considérable dans le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche au plan international. Le projet NewUni a d’ores et déjà bien progressé à ce jour, avec notamment la mise en place effective de groupes de travail relatifs à la recherche, aux formations de masters, aux formations doctorales, à la vie de campus, à l’international et à l’entrepreneuriat.

Nous disposons également d’une analyse préliminaire du contexte juridique envisageable. À travers cet ensemble, comparable aux meilleures universités internationales de sciences et technologies, nous souhaitons favoriser le rayonnement de la France par une contribution active à la résolution des enjeux planétaires dans les domaines économique, environnemental, sanitaire et sécuritaire.
 

Emmanuel Macron, Président de la République française, en visite à l’École polytechnique
Emmanuel Macron, Président de la République française, en visite à l’École polytechnique le 25 octobre 2017.
© École polytechnique - J. Barande

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.