Magazine N°705 Mai 2015 - Solidarité
  • Dernier magazine (740)
  • Magazine de l'article (705)

Benoît GENUINI (73)

Président de l’association Passerelles numériques

Alain GOYÉ (85)

Prestataire indépendant en éducation et formation de la Caisse de solidarité

Hakara TEA (95)

Pilotage de programmes d’économie sociale et solidaire

Articles du Dossier

Par François AILLERET (56)
et Yves PÉLIER (58)
Par Jean-Baptiste De FOUCAULD
Par Christian MARBACH (56)
Par Adeline SOK (12)
et Camille METZ (12)
et Nicolas PALIOD (12)
Par Jean-Marie GONTIER
Par Alain BÉRÉZIAT (68)
Par Félix LAVAUX, rédacteur en chef adjoint, Apprentis d’Auteuil
Par Yves STIERLÉ (65)
et Michel HUET (67)
Par Jean-François GUILBERT (66)
Par Bernard BRESSON (69)
Par Christian MARBACH (56)
Par Gabriel de NOMAZY
Par Hakara TEA (95)
et Alain GOYÉ (85)
et Benoît GENUINI (73)
Par Jean-Marie PETITCLERC (71)

Des passerelles vers un monde meilleur

La révolution numérique change le monde, mais toutes les régions du monde ne sont pas égales face à elle. Faciliter le passage par la formation à l’informatique, c’est construire des passerelles, c’est la vocation de « Passerelles numériques ».


Logo Passerelles numériques

Une élève de Passerelles numériques chez elle
© LUC-VALIGNY @FIGURE 

Tu peux me parler un peu de ta famille ?
– Ma mère est morte quand nous étions petits et mon père nous battait. Du coup, mon petit frère, mes deux sœurs et moi avons été recueillis par une tante, qui m’a toujours poussé à faire des études.
– Et si tu as ton bac, en août, que voudrais- tu étudier par la suite ?
– Les ordinateurs. J’aimerais vraiment bien savoir m’en servir.
J’ai un oncle qui m’a expliqué tout ce qu’on peut faire avec Internet : on y trouve en un instant des images et des informations sur le monde entier. »

REPÈRES

L’associations Passerelles numériques emploie 94 personnes rémunérées, dont 72 salariés cambodgiens, philippins ou vietnamiens, huit salariés français, douze Français sous statut VSI (Volontaires de solidarité internationale) et deux personnes en service civique. En outre, une quarantaine de bénévoles se sont engagés en 2013 pour des durées variables de quelques jours à l’année complète à temps plein.
L’association bénéficie aussi  de l’apport de volontaires d’entreprise, sous ses programmes de bénévolat ou de mécénat de compétences : ainsi, pour 2013, 26 salariés d’entreprises partenaires ont effectué des missions d’apport de compétences, d’une durée de deux semaines à six mois, ce qui représente près de 3 800 heures de support. Enfin, nos partenaires entreprises ont soutenu l’association à hauteur de 492 000 euros, près d’un tiers de ses ressources annuelles.

Enthousiasme et détermination

Un enseignant de Passerelles NumériquesDe tous les candidats que nous avions rencontrés ce week-end-là, Vanna était certainement le plus enthousiaste et le plus déterminé.

Un jeune de vingt ans, qui a grandi dans les rizières du Banteay Meanchey, l’une des provinces les plus peuplées, mais aussi les plus pauvres du Cambodge, et qui commence à sortir tous ces mots liés à l’informatique, qu’il a entendus çà et là : « Scanner, virus, Photoshop (prononcé fotossop), bases de données. »

Vanna les égrenait comme d’autres listeraient des destinations de voyage. Étonnant contraste avec le candidat précédent qui pensait que « systèmes d’information » signifiait journalisme.

Aider les siens, servir son pays

“ Une aventure entrepreneuriale et humaine qui repose sur la confiance, la responsabilité et la solidarité ”

C’était il y a bientôt dix ans. Vanna est devenu, deux mois plus tard, l’un des vingt premiers étudiants de Passerelles numériques, l’association que nous avons montée en 2005, via un premier centre de formation à Phnom Penh, la capitale du Cambodge.

Après deux ans seulement de formation linguistique, technique et humaine, il a décroché un travail bien rémunéré, qui lui a permis d’aider ses frère et sœurs et, un peu plus tard, de fonder une famille.

Une classe de Passerelles Numériques

Et cela tout en contribuant au développement de l’outil informatique, un frein majeur à la reconstruction de ce petit pays, toujours marqué par un génocide, des années de guerre civile, un manque chronique de qualifications et d’infrastructures éducatives : jusqu’à très récemment, aucun logiciel n’existait en langue locale.

Avec plus de mille jeunes défavorisés sortis depuis sa création et près de cinq cent cinquante étudiants en cours de formation aujourd’hui sur trois pays (un deuxième centre a été lancé aux Philippines en 2009 et un troisième au Vietnam en 2010), Passerelles numériques est une aventure entrepreneuriale et humaine qui repose sur la confiance, la responsabilité et surtout la solidarité de tous ceux qui se sont engagés à nos côtés.

Porteurs d'espoir

La solidarité de nos étudiants tout d’abord. Premiers ambassadeurs de nos valeurs, ils ont conscience que la continuation du projet, et donc le sort de futures promotions, dépend de leur travail, des messages et des espoirs qu’ils vont porter au-delà des murs de nos centres de formation.

“ Construire des passerelles entre des mondes qui n’ont pas l’occasion de se rencontrer ”

Celle de nos collaborateurs ensuite. En France ou en Asie, chacun d’entre eux a choisi de s’éloigner des parcours plus classiques (et confortables financièrement) pour un projet proche de leurs aspirations.

Celle de nos bénévoles, qui apportent leur temps et leurs compétences, que ce soit sur de l’aide à l’organisation d’événements, sur des interventions pointues ou en amenant d’autres personnes autour d’eux à s’engager à nous soutenir.

Le mécénat de compétences

La solidarité aussi des particuliers et entreprises qui soutiennent nos projets financièrement, avec la particularité pour ces dernières d’impliquer, en plus, leurs salariés via des missions de mécénat de compétences : projets techniques, d’amélioration continue, ou professionnalisation de nos équipes (une importante source de motivation pour nos collaborateurs en Asie).

Une classe de passerelles numériquesEn près de dix ans, plus de deux cents collaborateurs ont ainsi choisi d’apporter leurs savoir-faire, sur leur temps de vacances, à l’autre bout du monde et dans des conditions aussi spartiates qu’exotiques, bien éloignées des standards occidentaux, pendant que des employés locaux d’entreprises partenaires se mobilisent en marge de leurs heures de travail sur des activités plus régulières.

Relever les plus grands défis

En ces temps de défiance et de repli sur soi, notre association reste plus que jamais persuadée que l’on peut relever les plus grands défis en construisant des passerelles entre des mondes qui n’ont pas l’occasion de se rencontrer.

Chacun devrait pouvoir exprimer sa citoyenneté et sa solidarité à la mesure de ses envies et de ses capacités.


Une famille cambodgienne

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.