Magazine N°572 Février 2002 - Arts, Lettres et Sciences
  • Dernier magazine (740)
  • Magazine de l'article (572)
Par Henri EYRAUD
Rédacteur Alexandre ADLER

Articles du Dossier

Accès libre
Pièces 0
Par Philippe Minyana, dans une mise en scène de Robert Cantarella
Rédacteur : Philippe OBLIN (46)
Rédacteur : Jean SALMONA (56)
Rédacteur : Laurens DELPECH
Par Bulletin n° 27 de la SABIX
Rédacteur : Jean-Paul DEVILLIERS (57)
Accès libre
La guerre, mon père 0
Par Marie Gatard
Rédacteur : Gérard BRUNSCHWIG (43)
Accès libre
Blondel et Fils 0
Par Paul BLONDEL (44)
Rédacteur : Emmanuel BOËLLE (44)
Par Bruno De VULPIAN (55)
Rédacteur : M. L. MICHON
Par Henri EYRAUD
Rédacteur : Alexandre ADLER
Par Travaux de l’année 2000
Rédacteur : JR
Par Direction des affaires économiques et internationales Sous la direction de Jean-Yves Perrot et Gautier Chatelus
Rédacteur : JR

Chine : la réforme autoritaire Jiang Zemin et Zhu Rongji

En s’attachant au récit parallèle des deux vies entrecroisées de Jiang Zemin et de Zhu Rongji, Henri Eyraud a rendu un éminent service à la compréhension du destin de la Chine. Il n’en est pas d’ailleurs à son coup d’essai : le général Eyraud a pris la suite de nos grands sinologues de formation militaire, Chassin puis Jacques Guillermaz, et son érudition précise comme son jugement toujours sobre mais jamais dissimulé sont rarement en défaut…

Connaissant parfaitement la Chine officielle et militaire, il n’en est pas moins sensible, comme le montre ce livre, aux bouleversements formidables de la société, et son ouvrage peut se lire aussi comme la chronique de la montée en puissance d’une ville, Shanghai, et d’un modèle de développement, le capitalisme autoritaire.

Que sortira-t-il de cette phase de modernisation accélérée mais souffrante ? Un début de démocratie, populeuse et décentralisée comme en Inde, hésitante comme en Russie, ou encore un régime mixte dominé par des cliques régionales et militaires comme le Japon impérial des années 1929-1939 ?

À ces questions, dont certaines sont parfaitement angoissantes pour notre avenir à court terme, Henri Eyraud ne répond pas en clôturant le débat, mais au contraire en l’élargissant. Et en parfait imitateur de la littérature classique chinoise, il préfère le portrait moral de deux individus aux généralisations trop hâtives ou emphatiques.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.