Magazine N°715 Mai 2016 - Dossier FFE Hors Série
  • Dernier magazine (740)
  • Magazine de l'article (715)

Dominique BROSSAIS

Directeur Général cabinet Naudet

Pierre-Edouard De la RONCIÈRE (98)

Expert industriel cabinet Naudet.

Articles du Dossier

Par Brigitte BOUQUOT (76)
Par Brigitte BOUQUOT (76)
Par Patrice KALFON
Par Gilles MAINDRAULT
Par Laurent BARBAGLI
et François-Xavier OVERSTAKE
Par Patrick MOUREU
Par Éric KOTOLEVSKY
Par Tancrède STAGNARA (99)
Par Ambroise LIARD
Par Michel BOITEUX
Par Vincent OUDIN (83)
Par Gwénola CHAMBON
Par Valérie ATTIA
Par Pierre-Edouard De la RONCIÈRE (98)
et Dominique BROSSAIS
Par Philippe DEROUIN
Par Philippe DONNET (80)
Par François FOURNIÉ
Par Bruno CHAMOIN

Cabinet NAUDET : expertise, compétence et internationalisation

Le marché de l’expertise est de plus en plus international. Alors que les cabinets anglo-saxons sont déjà bien représentés sur ce segment, des cabinets français commencent à percer et à s’imposer comme une offre alternative intéressante. Le point avec Dominique Brossais, Directeur Général, et Pierre-Edouard de la Roncière, (X.98-ENSTA), expert industriel au cabinet Naudet.

Logo cabinet NAUDET

Quelques mots pour nous présenter le cabinet ?

Naudet est un cabinet d’expertise spécialisé en risques industriels et techniques leader sur son secteur d’activité en France.

Le cabinet propose une expertise technique et financière dans le monde entier au service des assureurs et réassureurs pour le règlement des sinistres sous la marque « Naudet » et des industriels pour des enquêtes accidents, des recherches de cause, et la résolution de litiges sous la marque « Naudet- Forensics ».

Qu’en est-il de votre offre ?

Dans le cadre de la gestion des sinistres, nous mettons à la disposition des réassureurs, assureurs, captives et industriels nos compétences techniques et financières dans la recherche des causes et origines des accidents, l’identification et la conduite des recours, mais aussi le chiffrage des dommages matériels et immatériels consécutifs.

Nos équipes sont structurées autour de grands secteurs d’activité (construction, défense / aérospatial, distribution, énergie, finance, génie civil, industrie, marine, oil&gas et rappel de produits) afin de mieux répondre à leurs particularités et spécificités. Plus particulièrement, nous intervenons pour le compte d’assureurs et de réassureurs sur les polices de dommage, responsabilité civile, bris de machine et TRC-TRME.

Nous avons aussi développé une seconde offre axée sur le conseil technique. Ce service regroupe nos savoir-faire techniques et financiers dans la recherche des causes, les études enquête-accident, les modélisations 3D et les études financières.

L’innovation est une composante clé dans votre secteur d’activité.
Quelle place occupe-t-elle dans votre approche ?

Nous misons principalement sur les nouvelles technologies comme la numérisation. Dans cette optique, nous nous sommes dotés d’un bureau de DAO et de conception. Nous nous appuyons aussi sur le logiciel SOLIDWORKS de Dassault Systèmes qui offre la possibilité de redessiner des pièces et des équipements.

Grâce au logiciel, nous pouvons visualiser les éléments importants, en 3D à l’écran, afin d’avoir une compréhension globale de la problématique. Le logiciel permet aussi de mener à bien des simulations numériques pour expliquer un scénario, le développement d’incendies ou les possibilités de ruptures.

En parallèle, nous avons aussi recours à la technologie numérique des scanners 3D. C’est une technologie coûteuse que nous avons fait le choix de sous-traiter. En scannant une usine, par exemple, nous avons la possibilité d’avoir une vision quasi réelle d’une situation et de réaliser des mesures point par point.

Cette technologie permet un relevé en une journée, la conservation des preuves et le lancement rapide d’une expertise judiciaire en cas de sinistres avérés.

Vous vous différenciez aussi sur le marché à travers votre offre reliée aux catastrophes naturelles ou industrielles.
Pouvez-vous nous en dire plus ?

Grâce à une équipe composée de plus de 40 experts spécialistes du risque industriel et de 15 experts financiers, Naudet dispose de l’organisation et de l’expertise la plus appropriée et la plus pertinente pour gérer cette typologie d’événements, notamment notre branche oil&gas dirigée par François Savagner (83).

Nous pouvons aussi compter sur les moyens du groupe Eufex, soit plus de 250 experts francophones spécialisés dans les risques d’entreprises, mais aussi sur le renfort des experts de notre réseau "vrs»adjusters", portant ainsi à plus de 300 experts les ressources que nous pouvons mobiliser pour de tels événements.

Vous intervenez aussi à l’échelle internationale.
Quel est votre positionnement ?

Naudet est un acteur reconnu de la gestion des sinistres intervenant pour des grands comptes à l’étranger : plus de 40 % de nos interventions sont réalisées et menées hors du territoire français.

Nous sommes aussi membres du réseau international "vrs»adjusters" alors que plus de 18 langues sont parlées et maîtrisées par nos collaborateurs (allemand, anglais, arabe, azéri, croate, hongrois, italien, espagnol, indonésien, japonais, mandarin, néerlandais, ourdou, russe, turc, vietnamien, pendjabi, portugais).

D’un point de vue géographique, le continent africain représente un véritable enjeu pour le renforcement de notre couverture internationale. En qualité de membre du Board de "vrs»adjusters", nous avons également la responsabilité de développer un réseau de partenaires en Afrique.

Régulièrement, nous traitons des dossiers importants en Tunisie, en Algérie, au Maroc et dans de nombreux pays de l’Afrique Sub-Saharienne en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Cameroun, au Gabon, au Congo et au Ghana.

Nous intervenons pour des grands comptes ou des assureurs français alors que les prescripteurs anglo-saxons sont également très présents sur ce marché. En effet, une large partie du marché africain est assuré par des cabinets londoniens qui, quand ils envoient des ressources anglo-saxonnes, se retrouvent face à un décalage linguistique et culturel. Il est alors plus pertinent de faire appel à des experts français qui sont familiers de cet environnement.

Le cabinet Naudet peut ainsi offrir une alternative crédible pour la prise en charge de ces dossiers. Nous avons aussi identifié le Moyen-Orient comme une zone sur laquelle nous souhaitons renforcer notre présence.

Pour répondre aux nouveaux besoins émergents, vous développez aussi de nouvelles practices.
Pouvez-vous nous en dire plus ?

En effet, le cyber risque est une problématique nouvelle pour les assureurs à cause de sinistres de plus en plus fréquents. Nous sommes en cours de développement d’une offre en collaboration avec les assureurs et les réassureurs pour proposer aux industriels des services spécifiques pour prévenir et gérer ce risque émergent.

Usine pétro-chimique

CHIFFRES CLÉS

CA : 13M€
Intervention : 60 % en France / 40 % à l’international
Effectifs : 47 Experts / 18 administratifs
Implantations : 12 bureaux (dont 6 en France et un bureau à Berlin, Londres, l’Île de La Réunion et la Nouvelle-Calédonie)
Environ 2 milliards d’euros de règlements / an

Les contrats d’assurance classiques ne couvrent pas forcément tous les aspects ayant trait à la perte de données, aux attaques des systèmes d’informations ou aux défaillances intrinsèques. Il faut prévoir des méthodes d’investigation et de recherche de cause, mais aussi un chiffrage du sinistre différents et plus adaptés.

Nos clients sont d’ailleurs demandeurs de solutions adéquates sur ces problématiques auxquelles ils doivent faire face.

Le traitement du cyber risque est scindé en deux : il requiert des compétences propres à notre métier (la capacité d’analyser la cause des sinistres et de mettre des chiffres en face des préjudices), mais aussi des connaissances techniques dans le domaine des réseaux et de leurs infrastructures.

Parce que ce savoir spécifique ne peut pas être internalisé dans un cabinet d’expertise, nous avons mis en place un partenariat non exclusif avec Thales IT Security, un acteur reconnu disposant d’une centaine d’experts dans ce domaine.

Parallèlement, nous développons notre expertise, déjà reconnue, dans le domaine de la pétrochimie, du gaz et du pétrole, dans l’optique, d’ailleurs, de renforcer notre présence au Moyen- Orient.

Quels sont vos autres enjeux et perspectives de développement ?

Nous poursuivons nos efforts d’organisation pour garantir un service de qualité en misant, entre autres, sur une politique de recrutement ciblée sur nos besoins. Nous avons aussi pour objectif de tendre vers une plus grande parité au sein du cabinet.

Nos derniers recrutements vont dans ce sens et sont résolument féminins : Frédérique Hardy, une experte en finance, vient de rejoindre notre bureau de Londres alors que Kirsten McAloon, une ingénieure en pétrole dotée de plus de 30 ans d’expérience a récemment intégré notre bureau de Paris.

Commentaires

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités

La page Facebook de la JR

.