Magazine N°663 Mars 2011 - Les X en Alsace

Ferdinand TOMARCHIO (01)

Chargé de mission auprès du Directeur Général de la DGCIS

" Quand l'Alsace s'éveillera "

Cent soixante-dix polytechniciens résident en Alsace, mais il n'existe pas à ce jour de groupe X-Alsace légalement constitué. Pourtant Ferdinand Tomarchio (2001), ingénieur des Mines, en poste à Strasbourg pendant trois ans à la Drire, puis Direccte, jusqu'en juin 2010, a rencontré une réelle volonté d'échanges et de débats dont témoigne une intéressante rencontre. Espérons une suite.

Ferdinand Tomarchio (2001), 29 ans, ingénieur des Mines, célibataire, est né à Dijon. Son père est italien, sa mère anglaise, et lui-même possède la triple nationalité. Il danse volontiers la salsa ou le tango.

Major à l'entrée

Entré major à l'X, il s'investit dans la création des binets Viva L'Italia et LSF (langue des signes française). À la sortie de sa formation à l'École des mines, il choisit une ville intéressante, Strasbourg, pour première affectation.

Il a depuis rejoint le ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, à Paris, en juin 2010.

"J'ai eu l'occasion de rencontrer en Alsace de nombreux camarades et tous regrettaient l'absence d'un groupe de rencontre comme il en existe dans la plupart des autres régions.

"C'est à l'occasion d'une visite du gouvernement pour l'annonce du " grand emprunt " que j'ai été amené à participer à l'organisation d'une table ronde sur le thème des "chercheurs qui trouvent ". Cette manifestation m'a donné l'occasion d'échanger avec Fabienne Keller (79), sénateur du Haut-Rhin et ancienne maire de Strasbourg, qui était par ailleurs intervenue devant ma promo, lors d'une conférence.

"Nous avons décidé qu'il fallait organiser une rencontre des camarades alsaciens, sous forme d'un dîner-débat. Grâce à l'Annuaire et à mes relations professionnelles, j'ai rapidement constitué un fichier d'une cinquantaine d'adresses électroniques, allant des promos 1935 à 2009, la majorité se situant dans les promos quatre-vingt."

À bâtons rompus

" En février 2010 a ainsi été organisé un dîner qui a réuni 32 camarades, parfois accompagnés. Nous avions réservé dans une sympathique Stub alsacienne, où une salle nous était réservée, chaque participant payant son écot.

"Chacun s'était acquitté d'une brève présentation sur lui-même et ses activités. Les plus anciens se souvenaient d'un groupe X-Alsace, dans les années soixante-dix, disparu depuis, faute de participants.

" Le dîner ne comportait pas de thème précis. Plusieurs sont intervenus un peu plus longuement, comme, par exemple, Jean-Bernard Lartigue (65), délégué général de la Fondation de l'X, qui dirige une entreprise de céramique en Alsace."

Propos recueillis par Jean-Marc Chabanas (58)

____________________________________________________________

Actualités