Magazine N°729 Novembre 2017 - Les métiers du conseil
  • Dernier magazine (729)
  • Magazine de l'article (729)

Jean-Laurent POITOU (85)

Senior managing director chez Accenture

Articles du Dossier

Par Jean-Philippe PAPILLON (90)
Par Laurent QUIVOGNE (84)
Par Jean-Laurent POITOU (85)
Par Éric LABAYE (80)
Par Laurent CHOAIN
Par Minh VU HONG (05)
et Hugo AZERAD
Par Jean ESTIN

Le numérique bouleverse le conseil en management

 
Alors que de nombreux analystes présentaient récemment le marché du conseil en management comme un marché mature en voie de banalisation rapide, c’est au contraire aujourd’hui un marché en pleine effervescence, que le numérique transforme profondément, avec des métiers nouveaux qui émergent, des investissements conséquents et des carrières encore inimaginables il y a quelques années. 

Une forme de mondialisation
Les nouvelles formes de la mondialisation obligent les entreprises à repenser leur modèle géographique. © EVERYTHINGPOSSIBLE / FOTOLIA.COM

Le marché du conseil est confronté à au moins trois chocs, tout aussi forts les uns que les autres.

LE CHOC TECHNOLOGIQUE

“ Les nouvelles formes de la mondialisation obligent les entreprises à repenser leur modèle géographique ”

Le premier choc est lié aux cycles d’innovation technologiques. Ils sont de plus en plus forts et de plus en plus courts et leur combinaison provoque des ruptures profondes et rapides dans la quasi-totalité des secteurs économiques.

À la vague de l’interactivité de la relation client, de la mobilité et du cloud, avec leurs impératifs de sécurité, sont venues s’ajouter la vague du big data et des nouveaux outils d’analyse ( analytics), puis la vague de l’Internet des objets et plus récemment encore la montée en puissance de l’intelligence artificielle dont les perspectives de croissance sont exponentielles.

Et déjà se profile l’informatique quantique.

UN MONDE QUI SE FRAGMENTE

Le deuxième choc est lié aux évolutions géopolitiques. Les nouvelles formes de la mondialisation, avec un monde de plus en plus fragmenté en archipels aux politiques divergentes – comme l’illustre par exemple la question de la monétisation des données personnelles, traitées différemment entre les États-Unis, l’Europe et la Chine, pour ne citer que trois des acteurs majeurs de l’économie mondiale – obligent les entreprises à repenser leur modèle géographique.

REPÈRES

Il y a quelques années dans les cabinets d’audit et de conseil, le costume sombre et cravate étaient de rigueur.
Aujourd’hui, on y voit se côtoyer des concepteurs d’expérience numérique, des spécialistes de l’algorithmique, des programmateurs de robots et des experts en intrusion informatique.
C’est là le signe d’un changement profond des métiers du conseil.

DES SOLUTIONS OPÉRATIONNELLES

Le troisième choc est celui de l’évolution de la clientèle. Les clients du conseil, de plus en plus sophistiqués dans leurs achats de ces prestations, sont à la recherche de solutions concrètes que leurs employés puissent s’approprier rapidement afin de stimuler la croissance de leurs revenus.

LES CONSÉQUENCES DES TROIS CHOCS

La combinaison de ces chocs sur un marché aux barrières à l’entrée traditionnellement peu élevées a entraîné un profond renouvellement des activités et des acteurs.

PLUS DE TECHNOLOGIE ET PLUS D’HUMAIN

Le marché est devenu en même temps plus technologique et plus humain. Il est devenu plus technologique du fait de l’impact des innovations numériques sur les modèles économiques des entreprises, d’où la croissance des métiers à dominante informatique et scientifique dans le conseil.

Il n’est plus de stratégie d’entreprise qui n’intègre pas la question de l’analyse des données ou les relations avec les start-up en matière d’innovation.

Le marché est aussi devenu plus humain avec la montée en puissance des nouvelles méthodes agiles qui accordent une place centrale au travail en commun avec les clients et les employés à travers des itérations de conception collaborative, prototypages et tests rapides accordant toujours plus de place à l’expérience d’utilisation des solutions ainsi développées.

L’époque où les consultants de passage travaillaient en « boîte noire » et délivraient les résultats sous forme de présentations PowerPoint est révolue. Ce sont aujourd’hui des expériences que vivent en commun clients et consultants.

Drapeaux des plateformes chinoises
Les plateformes chinoises telles que Baidu, Alibaba et Tencent sont en avance sur leurs concurrentes américaines et européennes dans de nombreux domaines. © TESTING / SHUTTERSTOCK.COM

DÉVELOPPER SES PROPRES CAPACITÉS DE TRAITEMENT

Les grands cabinets de conseil et de services professionnels investissent dans leurs capacités propres de traitement des données des clients via des algorithmes et des plateformes propriétaires.
Un des grands acteurs du secteur axe ainsi sa communication sur sa plateforme d’intelligence artificielle, un autre promet à ses clients qui utilisent sa plateforme un accès direct à des données propriétaires du cabinet tandis qu’un troisième vient d’annoncer le lancement d’un simulateur quantique commercial.

CONCILIER VISION MONDIALE ET ACTION LOCALE

Le métier est aussi devenu en même temps plus « global » et plus local.

Face à la tension entre des dynamiques technologiques qui touchent le monde entier avec une vitesse sans précédent d’un côté et des réglementations et politiques publiques fréquemment divergentes d’un autre côté, les entreprises de conseil doivent à la fois développer des centres partout où l’innovation émerge – il est reconnu par exemple que les plateformes chinoises telles que Baidu, Alibaba et Tencent sont en avance sur leurs concurrentes américaines et européennes dans de nombreux domaines – et adapter leurs prestations aux réglementations et politiques publiques locales des marchés géographiques où elles opèrent.

DES INVESTISSEMENTS SANS PRÉCÉDENT

UN MONDE QUI SE FÉMINISE

L’égalité homme/femme est devenue également un sujet majeur pour les cabinets de conseil, qui furent longtemps connus comme un bastion masculin mais qui recrutent et promeuvent des femmes avec l’ambition affichée d’un meilleur équilibre.

Le métier est enfin devenu en même temps plus capitalistique et plus entrepreneurial. Les entreprises de conseil investissent massivement dans la constitution de réseaux d’innovation, de bases de données, dans le développement d’algorithmes et de plateformes, tout en encourageant l’entrepreneuriat en leur sein, afin non seulement d’attirer et de fidéliser les talents mais aussi de développer les relations de collaborations avec start-up, accélérateurs et incubateurs.

Dans un marché du conseil qui se rapproche des frontières de l’innovation, de nouveaux métiers se développent rapidement : spécialistes en « expérience d’utilisation », data scientists, éducateurs de robots d’intelligence artificielle, designers, entrepreneurs in residence, autant de profils très variés pour répondre aux nouvelles demandes des clients.

DE PLUS EN PLUS DE CROISSANCE EXTERNE

Les ruptures du marché du conseil ont favorisé la montée en puissance de nouveaux acteurs comme les agences spécialisées dans l’utilisation des outils numériques de marketing ou les réseaux d’experts constitués autour de plateformes numériques.

“ Les cabinets de conseil deviennent des acteurs essentiels du secteur de la publicité ”

Et déjà se profile la possibilité que les entreprises de technologies dotées d’algorithmes propriétaires, de données d’une richesse sans équivalent et d’une force de frappe financière unique au monde développent leurs propres activités de conseil.

Face à ces nouveaux défis, les cabinets multiplient les investissements et la croissance externe. Les principaux cabinets de conseil ont ainsi investi depuis quelques années dans des agences de « marketing digital », qui leur permettent de bâtir un avantage concurrentiel en matière de compréhension des attentes des clients, un des points de contrôle cruciaux dans le marché du conseil.

De ce fait, les cabinets de conseil deviennent des acteurs essentiels du secteur de la publicité, alors que les agences ont entamé en parallèle le développement d’une activité de conseil.

DE NOUVEAUX PROFILS DE CARRIÈRE

Finis les moines soldats du conseil, vive les profils et les carrières diversifiés ! La photo du consultant en costume gris, chemise blanche et cravate sombre appartient désormais au passé, de même que le vieil adage no brown in town qui interdisait de porter des chaussures marron durant la semaine : les nouveaux consultants portent à la ville les habits du week-end, et ces habits sont plus souvent des jeans et des chemises que des costumes ou des tailleurs, comme ceux de leurs clients et de leur génération.

DES FILIÈRES DIVERSIFIÉES

Conseil en chemise et jeans
Les nouveaux consultants portent plus souvent des jeans et des chemises que des costumes ou des tailleurs, comme ceux de leurs clients et de leur génération. © CONTRASTWERKSTATT / FOTOLIA.COM

Ces nouveaux consultants sont issus de filières beaucoup plus diverses que dans le passé : certes, les écoles d’ingénieurs fournissent encore des recrues en nombre, mais les formations en mathématiques, en informatique et en science des données figurent désormais parmi les filières les plus recherchées, sans compter les experts en sciences humaines, ergonomie, design, de plus en plus nombreux en raison de leur capacité à anticiper les besoins humains en matière d’appréhension du numérique au sein des organisations.

Dans un cabinet de conseil, designer, statisticien et expert en processus du changement travaillent étroitement ensemble et en relation constante avec des partenaires extérieurs au sein de l’écosystème que chaque cabinet structure autour de lui afin d’agréger des compétences complémentaires et différenciées aux yeux des clients.

NOUVEAUX OUTILS ET NOUVELLES FORMATIONS

Enfin, ces nouveaux consultants sont de plus en plus « augmentés » par la technologie : aux usages traditionnels des logiciels type PowerPoint ou Excel s’ajoute désormais la maîtrise des outils d’analyse des données, de modélisation type machine learning et de visualisation interactive des résultats, avec bientôt la mise en place de chatbots faisant figure d’assistants personnels voire de consultants juniors.

Du fait des nouveaux métiers et des profils diversifiés, la formation des consultants aux nouvelles méthodes de management et aux nouvelles technologies est devenue un enjeu central de la « promesse employeur » des cabinets de conseil.

À titre d’exemple, Accenture a récemment formé 100 000 employés indiens aux nouvelles technologies numériques de manière à les repositionner sur des carrières d’avenir alors que leur spécialisation passée devenait obsolète.

UNE NOUVELLE PHASE DE CROISSANCE

En somme, le numérique a provoqué une transformation aussi radicale que rapide des cabinets de conseil, dont on ne perçoit clairement que les premières étapes.

« La formation est devenue un enjeu central de la “promesse employeur” des cabinets de conseil »

Pour les personnes de tous horizons qui sont convaincus qu’il est important, pour reprendre le mot de Churchill, de prendre le changement par la main avant qu’il ne vous prenne par la gorge, c’est un marché prometteur et attractif qui fera la part belle aux entrepreneurs du numérique et aux missions agiles offrant des « expériences » qui s’appuient sur des solutions industrielles développées par les cabinets.

Après les soubresauts récents, c’est une phase de croissance significative qui s’ouvre à ceux qui sauront faire les choix d’avenir et recruter et former leurs talents en conséquence.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités