Épidémiologie : au service de la santé

Le risque radio-actif environnemental est un mythe plus qu’une réalité

La moindre trace de radioactivité, quelques becquerels dans l’environnement, suscite dans la population des craintes importantes. La perception exagérée du risque radioactif environnemental conduit nos responsables politiques à effectuer des choix aberrants au détriment d’investissements plus opportuns qui pourraient contribuer à réduire des risques bien réels. Le bon sens doit retrouver sa place et le progrès cesser d’être un mot inconvenant.

Dans notre vie quotidienne, nous sommes soumis à une irradiation d’origine naturelle, en provenance du ciel, de l’air, de la terre et de notre alimentation.

REPÈRES
Nous sommes tous, en permanence, exposés à des irradiations d’origine naturelle, et aussi d’origine humaine. Nul ne peut y échapper. La dose qui en découle est au minimum de 3 mSv par an, mais elle peut atteindre des valeurs beaucoup plus élevées. L’homme a toujours été irradié par le ciel et par la terre, sans que cela n’ait apparemment gêné le développement de l’humanité.
Aucune lésion significative n’a pu être rapportée à cette irradiation, même parmi les populations soumises aux expositions les plus fortes.

Le ciel et l’atmosphère

Altitude(en mètres)
Dose en mSv/an
Équateur 30° 50%
0 0,35 0,4 0,5
2 000 1 1,3 1,7
5 000 4 6 8
10 000 14 23 45

Le rayonnement du ciel, appelé rayonnement cosmique, en provenance du ciel et des étoiles, se trouve heureusement très atténué lors de sa traversée de l’atmosphère terrestre, et délivre, au niveau du sol, une dose annuelle de l’ordre de 0,4 mSv. Cette dose augmente un peu avec la latitude et beaucoup avec l’altitude : elle double chaque fois que l’on s’élève de 1 500 mètres.

Le rayonnement atmosphérique est essentiellement le fait du radon, gaz radioactif provenant de la désintégration du radium, luimême issu de l’uranium présent dans le sol. Sa concentration varie en fonction de la nature du sol : les roches granitiques sont particulièrement productives en radon (voir tableau en page 19). Dans ces régions, tel le Limousin, l’activité radon dépasse souvent 400 Bq/m3, et de nombreuses habitations 1 000 Bq/m3, niveau où il est requis de réaliser des travaux d’assainissement dans les locaux accueillant du public, la dose individuelle qui en résulte, du fait de la respiration, varie ainsi de 1 à 10 mSv par an.

Le sol et la mer

Un régime alimentaire équilibré apporte 100 Bq par jour, un régime végétarien en apporte 300

Dans les roches, les atomes d’uranium, de thorium et de potassium 40 se désintègrent, en émettant des rayonnements qui peuvent atteindre les êtres vivants. En profondeur, l’énergie des rayonnements est dissipée sous forme de chaleur, la radioactivité étant ainsi à l’origine pour moitié de la géothermie. L’activité du sol est de l’ordre de 1 300 Bq/kg mais peut atteindre des niveaux 200 000 fois plus élevés dans les zones uranifères.

On peut aussi noter que les neutrons cosmiques, interagissant avec l’uranium de la croûte terrestre, y provoquent l’apparition de plutonium, d’origine tout à fait naturelle : un pot de fleurs contenant 1 kg de terre contient aussi quelques milligrammes d’uranium et quelques dizaines de millions d’atomes de plutonium, dont la masse est bien sûr insignifiante. S’ajoute une contamination interne naturelle, du fait que tant l’air respiré que tous nos aliments sont naturellement radioactifs. Le corps humain lui-même constitue une source radioactive de 10 000 Bq.

Respirer dans la Creuse
Le risque sanitaire du radon est celui du cancer du poumon, évalué par extrapolation à partir des fortes doses reçues autrefois par les mineurs d’uranium. Or, la Creuse, département le plus radioactif de France, a un des taux de cancers du poumon les plus faibles de notre pays.
Conjoint radioactif
Un kilogramme d’uranium 238 pur n’est que faiblement radioactif : environ 10000 Bq, en tenant compte de l’auto-absorption, soit une radioactivité équivalente à celle du corps humain. Du point de vue de la radioactivité, il n’est pas plus dangereux de dormir avec un kilogramme d’uranium 238 sous son oreiller qu’en tenant son conjoint dans les bras, car la dose d’irradiation reçue est du même ordre de grandeur dans les deux cas.
 
De l’uranium dans la mer

Par érosion, le Rhône rejette en Méditerranée, chaque année, plus de 100 milliards de Bq d’uranium, soit environ 10 tonnes. L’eau de mer a une activité de 12000 Bq/m3, et on estime à 5 milliards de tonnes la quantité d’uranium dissous dans les océans.
Myenne de radon dans les départements français

L’irradiation d’origine humaine

Comme l’homme de Cro-Magnon, nous sommes tous, de père en fils, radioactifs et irradiants

Depuis une centaine d’années, à ce fond d’origine naturelle, nous ajoutons un complément d’irradiations générées par nos activités humaines, parmi lesquelles on peut citer : l’exploitation des ressources naturelles, les retombées radioactives, les activités industrielles, les loisirs, les centrales et les installations nucléaires, et enfin, les pratiques médicales. La plupart de ces sources, à l’exception des actes médicaux, génèrent des expositions de très faibles niveaux, de l’ordre de quelques centièmes de mSv, même en ce qui concerne les retombées radioactives. Celles-ci sont dues essentiellement aux essais atmosphériques des années cinquante et soixante et à l’accident de Tchernobyl.

ACTIVITÉS EN Bq/KG
ÉLÉMENTS URANIUM 238 THORIUM 232 POTASSIUM 40 TOTAL
SEUL CHAÎNE SEUL CHAÎNE
Il y a 4,5 milliards
d’années
80 1040 50 450 4230 5850
Aujourd’hui 40 520 40 360 370 1330
En France, sur un mètre de profondeur :
• 1 016 Bq d’uranium = 1 million de tonnes d’uranium 238
• 1 016 Bq de thorium = 10 millions de tonnes de thorium 232

 

Tchernobyl insignifiant
En ce qui concerne les doses consécutives à l’accident de Tchernobyl, leur niveau cumulé sur soixante ans représente en France moins de 1/100 de l’irradiation d’origine naturelle ; les conséquences sanitaires ne peuvent qu’être insignifiantes. Il en va de même en ce qui concerne les cancers de la thyroïde dont le taux avait commencé d’augmenter dix ans avant l’accident et dont l’incidence est plus faible dans les zones de plus fortes retombées.

Les produits radioactifs entraînés dans l’atmosphère lors des essais ou de l’accident retombent lentement sur le sol. La dose reçue par la population est due à l’apport de radioactivité via la chaîne alimentaire (eau de boisson, lait). Les iodes radioactifs disparaissent très vite du fait de leur demi-vie courte, et seul le césium subsiste au bout de quelques mois. Par contre, contrairement à ce que l’on pense généralement, les irradiations dues aux pratiques médicales, à visées diagnostiques (radiographies, scanners, scintigraphies, etc.) ou thérapeutiques (radiothérapie, traitement à l’iode radioactif, etc.) représentent la part la plus importante des expositions dues à nos activités, avec une dose annuelle moyenne de l’ordre de 1 mSv.

Nous constatons donc que chacun d’entre nous reçoit au moins 4 mSv par an, délivrés pour leur quasi-totalité par l’irradiation d’origine naturelle et médicale.

Irradiation en différents lieux du monde
Dose cumulée en 60 ans
TYPE D’EXAMEN DOSE ÉQUIVALENTE EFFICACE (mSv)
Thorax–radiographie 0,14
Crâne 0,16
Hanche ou fémur 0,92
Mammographie 1
Abdomen 1,1
Bassin 1,2
Cholécystographie 1,5
Colonne lombaire 1,7
Tractus gastro-intestinal inférieur 4,1
Scanner 4,3 (0,4 – 10)
Angiographie 6,8

GLOSSAIRE

Radioactivité
La matière est constituée d’atomes composés d’un noyau entouré d’électrons. Quand le noyau de l’atome contient trop d’énergie, il est instable ; il se désintègre en émettant des rayonnements : c’est le phénomène de la radioactivité.

Unités de mesure
Le nombre de désintégrations par seconde s’exprime en becquerels (Bq).
La dose mesure l’énergie transmise par les rayonnements à un individu irradié. Elle permet d’apprécier le risque pour la santé. Elle s’exprime en sieverts (Sv), mais on utilise souvent le sous-multiple, à savoir le millisievert (mSv).
Par analogie avec un jet d’eau, le nombre de gouttes émises par seconde correspond à l’activité de la source (becquerels) et la quantité d’eau reçue par un spectateur correspond à la dose (millisievert).

Le retour au bon sens

Quel effet peut avoir quelques centièmes de mSv de plus ? La perception exagérée du risque radioactif environnemental, avec une application inconsidérée du principe de précaution, n’est pas neutre dans ses conséquences pour la société ; elle conduit nos responsables politiques à effectuer des choix aberrants dans le domaine des énergies ce qui aura, à terme, un coût social important : énergie chère ou inaccessible, baisse de l’activité économique, chômage avec ses corollaires de souffrance et d’accès réduit aux soins médicaux, par exemple.

Les irradiations dues aux pratiques médicales représentent la part la plus importante des expositions

En outre, dans un cadre budgétaire contraint, le choix d’augmenter encore les protections pour se prémunir d’un risque inexistant se fait au détriment d’investissements beaucoup plus opportuns qui pourraient contribuer à réduire des risques bien réels.

Il serait souhaitable que le bon sens retrouve sa place pour que notre société sache de nouveau effectuer des choix raisonnables et raisonnés. Mais il faudrait que la notion de progrès cesse d’être un mot inconvenant.

RISQUES SANITAIRES EN FONCTION DE LA DOSE REÇUE
– De 3 à 10 mSv : dose minimale annuelle due à la radioactivité naturelle.
– Moins de 200 mSv : absence d’effets sanitaires constatés.
– Plus de 1000 mSv : danger.

Commentaires

Risque radio-actif

Je partage l'avis sur l'intérêt de cet article.
Mais il a une grave faiblesse: la fonction de Claude Payen, "délégué ministériel pour l'Observatoire de la santé des vétérans".
Si j'en crois les medias, le ministère de la Défense a voulu garder la haute main sur le nombre et la nature des indemnisés parmi les exposés aux expériences nucléaires françaises.
On peut donc craindre que le délégué qu'il a nommé ne soit pas indépendant mais en mission commandée!
J'aurais préféré que cet article soit écrit par André Aurengo (67), chef du service de médecine nucléaire de la Pitié-Salpétrière, qui a signé l'autre article sur les biais statistiques de la mesure des risques environnementaux.
J'aurais alors pu le croire sur parole.

fanatique or nor not fanatique ?

l'article du Dr Payen est peut-être un peu abrupt, mais de là à considérer son auteur comme un fanatique et à regretter qu'il n'y ait pas eu d'accidents nucléaires majeurs en France, il y a une limite à ne pas dépasser.
L'ambiance actuelle en France (en Europe plus généralement) me rappelle celle qu'on devait rencontrer à Florence il y a quelques siècles du temps de Savonarole : On n'a plus le droit de penser que l'énergie nucléaire reste une solution d'avenir car c'est devenu un DOGME "le nucléaire est une énergie satanique".
Comment le français moyen pourra-t-il s'éclairer, chauffer son café et griller ses tartines vers 8 heures les matins d'hiver ? Ce ne sera pas avec le solaire (il fait encore nuit!) et non plus avec l'éolien pour peu que ces matins là il n'y ait pas de vent! Tâchons de répondre à ces besoins essentiels sans trop d'a priori.

Discrédit ou honneur ?

@André La Jaune et la Rouge se serait discréditée en publiant cet article si les chiffres mentionnés étaient un tissu de mensonges. Si vous avez des éléments factuels prouvant un tel mensonge, alors fournissez les. Pour ma part, je trouve que publier un tel article est exactement ce que j'attends de La Jaune et la Rouge - le lecteur est invité à réfléchir par lui-même.

Et je trouve plutôt honorable que La Jaune et la Rouge ne cède pas complètement à la censure largement prônée par la pensée dominante. Et cela ne me gêne pas que La Jaune et la Rouge publie des articles avec lesquels je ne suis pas d'accord. C'est ce qu'on appelait autrefois "contribuer au débat".

Energie nucléaire et radioactivité moyenne

La Jaune et la Rouge se discrédite à publier des contributions de fanatiques pro nucléaires. C'est à cause de gens comme cela que les scientifiques et le progrès deviennent de plus en plus suspects pour l'opinion publique.

Que pensent les déplacés de Tchernobyl et de Fukushima de la radioactivité moyennée dans le temps et dans l'espace ? Ils voient juste que les scientifiques qui étaient chargés d'assurer leur sécurité sont des menteurs ou des incompétents.

S'il n'y a pas encore eu d'accident en France, c'est juste une question de chance, il suffit de voir le nombre de presqu'accidents. Il est urgent de programmer la fin de l'énergie nucléaire.

Merci pour cet article, on se

Merci pour cet article, on se sent rassuré que la question du nucléaire soit entre les mains de gens intelligents, comme le sont les" X".
.Je regrette que quelques réacteurs atomiques français n'aient pas pété comme ceux de Fukushima, car comme ça on aurait bien vu que l'énergie atomique n'est pas spécialement dangereuse.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

CAPTCHA
Dispositif de sécurité : merci de recopier l'inscription. Ceci vise à éviter les abus
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.