Magazine N°727 Septembre 2017 - Trajectoires
  • Dernier magazine (727)
  • Magazine de l'article (727)

Il y a 200 ans Louis VICAT (1804) révolutionnait le ciment

Pour célébrer ce bicentenaire, le Syndicat Français de l’Industrie Cimentière a organisé en partenariat avec l’UNESCO, l’Académie des Sciences et l’Académie des Technologies, un Symposium scientifique international « The Future of Cement » qui s’est déroulé du 6 au 8 juin 2017 dans le grand amphi de l’UNESCO. Parallèlement, La Poste a souhaité rendre hommage à Louis Vicat en émettant un timbre « 1817 - Invention du ciment artificiel ».

Logo symposium The future of cement

 

Au début du XIXe siècle, de nombreux savants français relèvent les défis de la connaissance scientifique. Louis Vicat (1786-1861), polytechnicien et ingénieur des Ponts et Chaussées, est l’un d’entre eux.

En 1807, il découvre l’hydraulicité des chaux, ouvrant la voie au ciment artificiel. Affecté en 1812 à Souillac (département du Lot) pour la construction d’un pont sur la Dordogne, Louis Vicat effectue de nombreuses recherches pour améliorer la qualité des chaux hydrauliques qui ne donnent pas satisfaction aux constructeurs.

Timbre en l'honneur de Louis VICAT Ces savoirs sont empiriques depuis l’époque romaine. Par ses travaux expérimentaux et théoriques, il va percer le secret de leur composition, ouvrant ainsi la voie à la fabrication industrielle du ciment artificiel.

Il entre dans l’Histoire en 1817 avec son article « Mémoire sur la fabrication artificielle des chaux hydrauliques » publié dans les Annales de chimie et de physique.

Sa découverte est ensuite validée devant l’Académie royale des sciences. Sa théorie de l’hydraulicité, relative à la faculté que possède un liant minéral composé d’argile et de calcaire à faire prise sous l’eau en l’absence d’air, va révolutionner définitivement le monde de la construction et permettre le développement des villes et des mégapoles modernes.

Le symposium de juin a réuni la communauté scientifique et technique internationale, que ce soit dans le domaine de la chimie pure, des procédés de fabrication du ciment ou des applications du béton. Les thèmes de l’environnement, de l’écologie industrielle et de l’économie circulaire y ont été largement développés, ainsi que celui de l’innovation ; d’ailleurs chaque participant a conservé son badge en béton connecté qui lui permet d’accéder à tous les documents du Symposium et de se souvenir que le béton est un matériau branché !

Le timbre émis par La Poste représente Louis Vicat en tenue d’ingénieur des Ponts et Chaussées et le pont de 180 mètres qui porte son nom, premier ouvrage construit avec de la chaux hydraulique artificielle.

Ce pont, construit de 1812 à 1824, enjambe toujours la Dordogne à la sortie de Souillac.

Enfin, les villes sont représentées de manière stylisée par des bâtiments qui doivent aujourd’hui conjuguer créativité architecturale, innovation technologique et respect de la biodiversité pour répondre aux défis sociaux et environnementaux.

Le ciment artificiel, qui s’adapte et évolue dans ses usages, reste au cœur de l’urbanisme de demain.

Comité du symposium The future of cement
De gauche à droite : Frédéric Meunier, Phil [at] poste, Raoul de Parisot, président du SFIC,
Guy Sidos, PDG du Groupe Vicat, Rolland Melet, 360SmartConnect, et Anne Bernard-Gély.

Ajouter un commentaire

Publication des commentaires

La publication des commentaires est modérée, principalement pour éviter des offres commerciales inadaptées.
Cela est exécuté une ou deux fois par jour.

Depuis un certain temps,les fiches des auteurs (cliquer sur la photo)comportent un lien sur leur fiche LinkedIn. Cela permet de contacter les auteurs sans que nous ayons à publier leur adresse. Dans le cas de cette utilisation veuillez bien préciser les références de l'article commenté.

Actualités